Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Nicolas Ouellet.
Audio fil du vendredi 18 janvier 2019

Si les réseaux sociaux nous rendent malades, peut-on les quitter?

Publié le

Une jeune femme marche seule dans la forêt. Pour certains, cette image a un effet apaisant. Pour d'autres, un effet angoissant.
Déconnecter des réseaux sociaux, peut, pour certains, créer un sentiment de plénitude. Pour d'autres, cette coupure peut être anxiogène.   Photo : iStock

Jusqu'à 42 courriels, 22 textos, 7 messages sur Facebook, 3 messages vocaux et 38 notifications Facebook... Après une dizaine de jours passés dans la forêt sans connexion Internet, le retour à la réalité numérique est difficile pour Gabrielle Côté. Dans ce micro ouvert, elle parle du paradoxe qui consiste à être à la fois heureux et angoissé de fermer de son téléphone intelligent.

#blessed #gratitude

Pour les millénariaux, particulièrement ceux qui travaillent dans les médias, se « débrancher » relève pratiquement de l’hérésie. Que ce soit pour des raisons professionnelles ou parce que la pression de se comparer est trop grande, rares sont ceux qui ne profitent pas d’un séjour à la campagne pour publier en ligne quelques clichés ou réflexions empreintes de gratitude.

Sauf que les bénéfices des vacances s'en trouvent ainsi atténués.

« Chaque fois que je me tiens loin des réseaux sociaux, je reviens toujours vraiment reposée. La tête claire, le corps moins crispé, les idées plus libres... » exprime d’ailleurs Gabrielle Côté pour illustrer ce point.

Devant ce paradoxe, la chroniqueuse et actrice est assaillie de questions auxquelles elle n’a pas la réponse :

  • Est-ce que je suis la seule à avoir le vertige quand je pense aux réseaux sociaux?
  • Est-ce qu’on peut encore vivre sans eux?
  • Est-ce que je suis la seule à vivre un malaise face à ces compagnies qui filtrent nos rapport sociaux?
  • Quand est-ce qu’on communique réellement avec les autres sur le web, et quand est-ce qu’on est en train de nourrir son propre égo?
  • Elle s’arrête où, notre responsabilité de se tenir au courant?
  • Elle commence où, notre liberté de se faire "crisser patience" avec la futilité des publications virales?
  • Est-ce que je suis en train de devenir cette vieille dame au guichet automatique qui ne comprend rien?

La méthode Kondo appliquée à nos outils technologiques

Dans un article portant sur le minimalisme numérique (en anglais), le journaliste Dan Silvestre propose d’optimiser nos ordinateurs et nos téléphones intelligents pour qu’ils ne soient plus une source de distraction et d’angoisse dans notre vie quotidienne. Parmi les solutions proposées : enlever toutes les notifications de nos applications, supprimer les programmes inutiles et faire un ménage du printemps dans nos fichiers.

Chargement en cours