Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Barbara Leroux
Audio fil du jeudi 13 décembre 2018

Projet Baie-Jolie : le conseiller de Pointe-du-Lac réagit à la possibilité d’une poursuite

Publié le

Un immeuble à logement durant l'hiver
Le promoteur Groupe Mouradian a déjà construit trois immeubles à logements le long de la route 138 dans le secteur Pointe-du-Lac.   Photo : Radio-Canada

Le conseiller municipal du district de Pointe-du-Lac, François Bélisle, accueille avec calme l'annonce du promoteur du projet domiciliaire Baie-Jolie, Georges Mouradian, de poursuivre la Ville.

Une majorité de citoyens du secteur a voté en faveur de l’arrêt de la construction de ses immeubles à appartements près du lac Saint-Pierre, lors d’un référendum le 2 décembre.

La construction des phases quatre et cinq du projet domiciliaire de M. Mouradian est donc maintenant stoppée. Les plans initiaux prévoyaient sept phases, en tout.

François Bélisle a pris note de l’avertissement de Georges Mouradian, mais veut attendre de voir si la poursuite va se concrétiser.

C’est plus l’avocat que le conseiller municipal qui parle, mais entre dire qu’on va poursuivre, qu’on va aller à la cour, qu’on va faire des procédures judiciaires et que la réalité se fasse, à savoir qu’il y ait une poursuite qui soit déposée par huissier à la Ville, souvent il y a une marge entre les deux, a-t-il déclaré en entrevue à l’émission Facteur matinal.

François Bélisle
Le conseiller municipal du district Pointe-du-Lac, François Bélisle, répond à Nicole Morin lors de la séance du conseil municipal du 15 mai 2018. Photo : Radio-Canada

Il se demande sur quelle base le promoteur compte poursuivre la Ville.

On ne sait pas le montant, on ne sait pas pourquoi il veut nous poursuivre exactement, parce qu’il y a plusieurs possibilités de procédures judiciaires qui pourraient être faites, dit-il.

François Bélisle croit que le conseil municipal a bien fait de bloquer la construction de ces bâtiments.

Il affirme que la Ville a fait un règlement en concordance avec son nouveau schéma d’aménagement et qui dit qu’on ne devrait pas mettre des multilogements sur la 138 sur le côté du lac Saint-Pierre.

Chargement en cours