Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Barbara Leroux
Audio fil du jeudi 8 février 2018

Croisières hivernales : Trois-Rivières en mode séduction

Publié le

Le Lowlands Opal est le premier bateau à accoster au port de Trois-Rivières en 2018.
Le Lowlands Opal est le premier bateau à accoster au port de Trois-Rivières en 2018.   Photo : Radio-Canada

Au cours des prochains jours, des représentants de trois compagnies de croisière internationale visiteront quatre villes québécoises, dont Trois-Rivières, pour explorer l'idée d'offrir des croisières hivernales sur le Saint-Laurent.

Les représentants internationaux auront droit au meilleur de ce que la région a à offrir, samedi. Au menu : démonstration de paraski en bordure du lac Saint-Pierre, visite à la cabane à sucre Chez Dany, séance de relaxation au spa KiNipi et essai du vélo à pneus surdimensionnés, ou « fat bike », à l’Île Saint-Quentin.

Montréal, Québec et Saguenay seront elles aussi en mode séduction, puisque ces villes sont aussi considérées pour accueillir les passagers de la croisière.

Innovation et Développement économique Trois-Rivières est impliqué dans les démarches. Le coordonnateur au tourisme d’affaires et de croisière, Jean Perron, est à Montréal pour rencontrer des représentants de Transport Canada, de la Garde côtière canadienne, des pilotes du Saint-Laurent et des agents maritimes.

Même si le projet ne devrait pas voir le jour à l’hiver prochain, Jean Perron a bon espoir de le voir se réaliser au cours des prochaines années.

« Ce serait quand même assez facile d’accoster un navire, explique-t-il à l'émission Facteur matinal. J’en ai parlé avec le maître de port. Ça serait de réaménager notre façon de faire l’hiver, mais ça serait une belle expérience d’accueillir ces navires. »

Selon Jean Perron, les navires seraient plus petits que ceux qui accostent habituellement l’été. Ils pourraient transporter entre 200 et 250 passagers.

Chargement en cours