Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Barbara Leroux
Audio fil du mercredi 3 janvier 2018

Bye bye 2017 : un pari réussi pour Simon-Olivier Fecteau

Publié le

Une scène du « Bye bye 2017 »
Une scène du « Bye bye 2017 »   Photo : Radio-Canada

Les critiques sont bonnes, les cotes d'écoute aussi. Plus de trois millions de Québécois ont écouté le Bye bye 2017. Simon-Olivier Fecteau, qui est originaire de Chesterville, dans le Centre-du-Québec, peut dire mission accomplie.

Le réalisateur de la très attendue revue de l’année est ravi de voir que les gens ont apprécié le Bye bye 2017.

On semble être dans les journaux pour de bonnes raisons et non des mauvaises, alors ça va bien !

Simon-Olivier Fecteau, réalisateur du Bye bye 2017

Il affirme recevoir beaucoup de bons commentaires. « C’est vraiment une vague d’amour incroyable », a-t-il confié en entrevue à l’émission Facteur matinal.

Simon-Olivier Fecteau, qui a aussi été comédien dans ce Bye bye, affirme qu’il était moins nerveux que lors de sa première expérience. « L’an dernier, cette pression-là [de réussir et de plaire au public], je la sentais vraiment beaucoup plus, parce que c’était la première année que j’étais en charge de ce projet-là et à un moment, tu acceptes que c’est comme ça, alors la deuxième année, ça a été moins pire de ce côté-là », a-t-il expliqué.

Si on se plante, on se plante devant bien du monde, mais au moins on va survivre !

Simon-Olivier Fecteau, réalisateur du Bye Bye 2017

Efforts et passion sont les ingrédients nécessaires pour réussir, selon le réalisateur qui est originaire d’une petite communauté de la région d'Arthabaska.

Malgré son succès, Simon-Olivier Fecteau garde les pieds sur terre. « J’y vais une année à la fois, parce qu’on ne sait jamais ce qui peut arriver », dit-il.

Chargement en cours