•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les origines du Festival western de Saint-Tite avec André Léveillé

Facteur matinal

Avec Barbara Leroux

En semaine de 6 h à 9 h

Les origines du Festival western de Saint-Tite avec André Léveillé

Audio fil du mercredi 6 septembre 2017
Un cowboy tente d'attrapper un bouvillon au lasso au Festival western de Saint-Tite

Un cowboy tente d'attrapper un bouvillon au lasso au Festival western de Saint-Tite

Photo : Michelle Raza (ICI Radio-Canada)

En 1967, André Léveillé était épicier. Avec d'autres citoyens de Saint-Tite, notamment les frères Boulet, il a travaillé à mettre sur pied le tout premier festival western dans la ville. 50 ans plus tard, le festival dure encore et André Léveillé est maire de Saint-Tite.

« C’était la ville du cuir à l’époque, on avait beaucoup d’usines de cuir, 700 personnes y travaillaient tous les jours, des artisans, des tailleurs, des couturières », a raconté André Léveillé en entrevue à l’émission Facteur matinal.

Quand le groupe a d’abord présenté son idée d’un festival western à des gens d’affaires de Saint-Tite, « pendant 5-6 secondes, personne ne parlait, en voulant dire est-ce qu’il est fou? », se souvient André Léveillé. Puis l’idée a fait son chemin et a porté fruit, dès la première année.

Un succès inattendu

Environ 35 000 personnes ont participé au tout premier Festival western de Saint-Tite.

« En premier, pour certaines personnes, on passait pour des quétaines, parce que le western n’était pas ce qu’il est aujourd’hui, dit-il, c’était l’époque d’Elvis Presley, des Beatles ».

On ne pensait jamais à l’époque que ça deviendrait ce que c’est aujourd’hui!

André Léveillé, un des fondateurs du Festival western de Saint-Tite

À ses débuts, le bureau du festival était carrément dans la voiture d’André Léveillé, c’est là que tous les documents se trouvaient.

Des années plus difficiles

Certaines années ont été plus difficiles que d’autres. L’émeute en 1981 a amené les organisateurs à réfléchir à l’avenir du festival.

« La 15e année, il y avait eu une émeute un samedi soir, [des gens] qui avaient brisé fracassé des vitrines de commerces autour de la place de l’hôtel de ville, à la suite de ça [on s’était questionné] », raconte André Léveillé.

Il y a aussi eu des inondations à deux reprises.

C’est extraordinaire dans une petite ville comme nous autres, 4 000 de population, d’avoir survécu d’avoir passé au travers de plusieurs événements.

André Léveillé, maire de Saint-Tite

Le festival a un budget d’exploitation de plus d’un demi-million de dollars. Bon an mal an, 600 000 personnes y assistent.

Accédez au dossier Chapeau Saint-Tite  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi