•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facteur matinal

En semaine de 6 h à 9 h

« Ce qu'il faut maintenant, c'est du courage politique », croit Ghislain Picard

Rattrapage du jeudi 13 août 2020
Le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard, demande au gouvernement fédéral de tenir une réunion avec les premiers ministres provinciaux sur les enjeux touchant les Premières Nations.

Le chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL), Ghislain Picard, croit que les politiciens doivent faire preuve de courage pour amener plus loin le débat sur le racisme et la discrimination.

Au lendemain de la publication d’un sondage de la firme Léger, M. Picard était en entrevue à l’émission Facteur matinal. Pour lui, le travail est déjà bien amorcé, mais il faut des actions concrètes.

Des commissions et des consultations, il y en a depuis des décennies. Ce qu’il faut maintenant, c’est du courage politique.

Ghislain Picard, chef de l'Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador

 Le racisme et la discrimination sont des enjeux de société qui doivent être discutés hors des orientations partisanes des partis , souligne M. Picard.  Il y a des effets mesurables et néfastes que l’on peut constater tous les jours. On ne peut pas fermer les yeux sur les débats qui ont cours actuellement comme les relations avec les policiers. 

Quelques données du sondage

  • Neuf non-Autochtones sur dix pensent que les Premières Nations sont l’objet de racisme ou de discrimination au Québec.
  • Un peu plus de 70 % des répondants estiment que les relations entre les policiers et les Premières Nations au Québec sont mauvaises.
  • Huit Québécois sur dix ont une opinion positive des Premières Nations.

Le chef Picard réclame que les groupes concernés, comme les Premières Nations, soient inclus dans la réflexion que porte actuellement le gouvernement sur le racisme et la discrimination.

L'APNQL, qui représente 43 communautés, développera son propre plan d’action contre la discrimination et le racisme. Il devrait être présenté publiquement d’ici la fin du mois de septembre.

 Ce plan va nous mettre au défi, comme société, de combattre ce fléau de la discrimination et combattre aussi les situations teintées de racisme , précise M. Picard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi