•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facteur matinal

En semaine de 6 h à 9 h

Le télétravail n'est pas un frein à la productivité

Rattrapage du jeudi 6 août 2020
Une femme travaille avec un ordinateur portable sur une petite table devant sa cuisine.

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard a comme objectif de compter 33 % de ses employés en télétravail à long terme.

Photo : CBC/Sebastian Leck

La pandémie a confronté plusieurs organisations au télétravail. Quelques mois après l'expérience, les patrons les plus réticents ne peuvent que constater que la formule n'est pas un frein à la productivité et qu'il faut dorénavant penser à une organisation à distance plus permanente.

Spécialiste en gestions des ressources humaines, en économie et en sociologie du travail, la professeure Diane-Gabrielle Tremblay de l'université TÉLUQ s’appuie sur plusieurs enquêtes réalisées au cours des derniers mois pour formuler ces constats.

La preuve est faite. Même si le télétravail n’était pas réalisé dans un contexte idéal, une étude a montré que les deux tiers des employeurs reconnaissaient que la productivité en télétravail s’était maintenue ou avait augmenté.

Diane-Gabrielle Tremblay, professeure de l'univerité TÉLUQ

Une formule à poursuivre

D’autres recherches révèlent qu’une grande majorité des employés - entre 50 % et 80 % - souhait demeurer en télétravail, même lorsque ce sera possible de réintégrer les bureaux.

Le blocage, quant au télétravail était dans les organisations, n'était pas chez les travailleurs. Ce sont souvent les cadres intermédiaires qui ne souhaitaient pas que ce soit mis en place. Les organisations, par la force des choses, ont constaté depuis que ça marche très bien.

Des défis pour l’avenir

Les patrons seront maintenant confrontés à d’autres défis, selon Diane-Gabrielle Tremblay, notamment quant à la façon d’aborder leur gestion. Ils devront changer d’un mode de gestion de contrôle à un mode d’encadrement qui passe notamment par une meilleure communication.

Reste que le télétravail n’est pas pour tous. Statistique Canada a évalué que 60 % des personnes ne peuvent pas adopter une telle formule de par la nature de leur fonction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi