•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La nouvelle réalité des chauffeurs de taxi avec la COVID-19

Facteur matinal

Avec Barbara Leroux

En semaine de 6 h à 9 h

La nouvelle réalité des chauffeurs de taxi avec la COVID-19

Rattrapage du mercredi 18 mars 2020
Enseigne illuminée d'un taxi de Fredericton.

Une enseigne de taxi.

Photo : Radio-Canada

Les mesures de protection mises en place par la santé publique au Québec ont des impacts majeurs sur l'industrie du taxi. À Trois-Rivières par exemple, le nombre d'appels pour des courses de taxi cette semaine a diminué de moitié par rapport à la semaine précédente.

C’est ce qu’a rapporté Maxime Bolduc, administrateur de Coop Taxi de la Mauricie, au micro de Facteur matinal. L’entreprise pour laquelle il travaille compte quelque 150 chauffeurs et environ 70 véhicules.

Coop Taxi de la Mauricie informe et sensibilise ses membres pour qu’ils comprennent la situation. Elle leur recommande entre autres de porter des gants en tout temps et de demander à leurs clients de prendre place sur la banquette arrière, côté passager, pour assurer une distance assez grande. L’entreprise demande aussi à ce que la désinfection des voitures de taxi se fasse aussi souvent que possible.

Comme plusieurs employeurs, Coop Taxi de la Mauricie compte aussi des employés qui leur ont fait savoir qu’ils ne rentreraient pas au travail dans les deux prochaines semaines, notamment pour pouvoir s’occuper de leurs enfants en congé d’école ou de garderie. On commence même à avoir de la difficulté à avoir [suffisamment de] gens pour travailler, a confié Maxime Bolduc.

La plupart des chauffeurs de taxi sont des travailleurs autonomes. Les annonces faites ou attendues du côté de Québec et d’Ottawa seront suivies de près.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi