•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facteur matinal

En semaine de 6 h à 9 h

Des municipalités mécontentes du projet de loi 40

Rattrapage du mardi 11 février 2020
Jean-François Robert au Salon bleu.

Le ministre de l'Éducation a déposé de nouveaux amendements à son projet de loi, vendredi.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Des municipalités grincent des dents après l'adoption, sous bâillon, du projet de loi 40. La loi rendrait obligatoire la cession de terrains pour accueillir les nouveaux centres de service, qui remplaceront les commissions scolaires, mises au rencart.

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, précise que les municipalités n’avaient pas été prévenues de cet amendement à la loi. Il croit que cette disposition va à l’encontre du Pacte fiscal, qui prévoit un respect de l’autonomie des paliers de gouvernement.

Ça vient contredire totalement ce qu’on avait conclu, déplore-t-il, en entrevue à l’émission Facteur matinal.

Selon lui, les municipalités sont perdantes en cédant gratuitement leurs terrains à Québec.

Les municipalités, on n’a pas beaucoup de sources de revenus. On vend des immeubles, et on taxe les citoyens.

Michel Angers, maire de Shawinigan

Toutefois, considérant le nombre d’immeubles qui ont déjà une vocation scolaire dans la ville, Michel Angers ne croit pas que cet amendement va toucher Shawinigan. Pour lui, il s’agit davantage d’une question de principe.

J’ose espérer que c’est une erreur de parcours, ajoute-t-il.

Pas de changement pour les élèves

Au sein des commissions scolaires, les différentes ramifications de la loi sont encore à l’étude en vue des grands changements administratifs, prévus à la mi-juin.

Le directeur général de la commission scolaire du Chemin-du-Roy, Luc Galvani, assure qu’il n’y aura pas de changements pour les élèves.

L’impact est beaucoup plus au niveau politique, dit-il.

Les cadres de la commission scolaire seront d’ailleurs rencontrés, mardi, pour discuter des bouleversements politiques et administratifs qu’entraîne l’adoption de cette loi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi