Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Barbara Leroux
Audio fil du mardi 19 février 2019

Maternelle 4 ans et deux récréations par jour, des défis pour les écoles de Drummondville

Publié le

Des enfants en habit de neige jouent dans un module.
Des élèves de l'école primaire Montagnac, à Lac-Beauport, s'amusent dans un module de jeu pendant une récréation.   Photo : Radio-Canada

Il y aura du nouveau en septembre dans le secteur de l'éducation. Les élèves du primaire devront obligatoirement avoir deux périodes de récréation de 20 minutes par jour, et 250 nouvelles classes de maternelle 4 ans seront ajoutées au Québec. Ces annonces du gouvernement Legault sont reçues avec des sentiments mitigés à la Commission scolaire des Chênes (CSDC) de Drummondville, où l'on estime avoir peu de marge de manoeuvre.

Pour le président de la Commission scolaire, Jean-François Houle, les deux périodes de récréation obligatoires peuvent poser des ennuis techniques et administratifs.

L’annonce ne vient pas avec une volonté budgétaire. Il va y avoir des effets dominos, notamment sur la tâche enseignante, assure-t-il en entrevue à l'émission Facteur matinal.

Par exemple, les enseignants pourraient faire moins de récupération avec leurs élèves durant les pauses, puisqu’ils devront être présents lors des récréations pour assurer la surveillance.

On en met beaucoup sur le dos de l’école. Les enfants peuvent bouger ailleurs qu’à l’école, aussi.

Jean-François Houle, président, Commission scolaire des Chênes

Ces 20 minutes supplémentaires pourraient forcer les élèves du primaire à terminer l’école plus tard. Toujours selon Jean-François Houle, il est possible que cela ait un impact sur les circuits d’autobus scolaires, qui desservent à la fois les élèves du primaire et du secondaire. Il pourrait falloir ajouter des autobus, ce qui fera une pression sur l’enveloppe budgétaire, croit-il.

Pas d’espace pour les maternelles 4 ans

L’annonce du gouvernement Legault de 250 nouvelles classes de maternelles 4 ans dès septembre inquiète également le président de la commission scolaire, dont les classes débordent déjà.

Ça va être un service qui va être difficile à livrer à mon avis pour la population chez nous à cause de ces ennuis d’espace, dit-il.

La CSDC aura une nouvelle classe pour les enfants de 4 ans à la prochaine rentrée scolaire, mais la pression sur les infrastructures scolaire est déjà forte.

Les travaux d'agrandissements et de rénovation sont déjà estimés à 80 millions de dollars sur le territoire de la Commission scolaire. Le gouvernement ne suffit pas à la tâche pour octroyer les fonds nécessaires, selon Jean-François Houle.

Mardi soir, le feu vert sera d’ailleurs donné pour l’achat de classes modulaires qui permettront d’héberger temporairement 500 élèves dans deux écoles secondaires et une école primaire.

Ce qu’on souhaite, c’est que ce soit une situation la plus temporaire possible, mais il faut que Québec nous aide, plaide Jean-François Houle.

Chargement en cours