•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les personnes handicapées, grandes oubliées de l'emploi

Facteur matinal

Avec Barbara Leroux

En semaine de 6 h à 9 h

Les personnes handicapées, grandes oubliées de l'emploi

Audio fil du mardi 29 janvier 2019
La main d'une personne en fauteuil roulant posée sur la roue.

Le gouvernement albertain est critiqué pour son traitement des personnes handicapées intellectuelles.

Photo : iStock / demaerre

Les personnes vivant avec un handicap ont parfois de la difficulté à décrocher un emploi. Le Conseil du patronat du Québec souhaite changer la donne et tiendra mercredi et jeudi à Trois-Rivières une formation destinée aux employeurs qui souhaitent embaucher des personnes en situation de handicap.

L'organisation souhaite sensibiliser les employeurs au potentiel de ces citoyens pour pourvoir de nombreux postes vacants.

Selon le Conseil du patronat, les personnes en situation de handicap ou de limitations temporaires représentent un bassin de main-d'oeuvre qui pourrait contribuer à pallier la pénurie de travailleurs dans plusieurs industries québécoises. Les employeurs doivent simplement faire preuve d'une certaine flexibilité avec ces employés, selon le vice-président aux Politiques de développement de la main-d'œuvre au Conseil du Patronat du Québec, Denis Hamel.

Ces gens-là sont prêts à occuper des postes, dit-il. C’est très varié. Ça peut être autant au niveau des services qu’au niveau manufacturier. Une panoplie de postes sont ouverts pour ces personnes-là, pourvu que l’employeur ait la sensibilité ou la formation nécessaire pour y avoir recours.

Bien qu’il soit difficile de chiffrer avec précision le nombre de personnes handicapées au Québec, Denis Hamel indique que près de 40 000 personnes pourraient aisément être intégrées au marché du travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi