•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facteur matinal

En semaine de 6 h à 9 h

Édito de la semaine avec Stéphane Boileau et Sylvie Tardif

Rattrapage du mercredi 25 mars 2020
Deux personnes cadrées en format portrait.

Stéphane Boileau et Sylvie Tardif étaient les invités de la chronique « Édito de la semaine » de l'émission Facteur matinal.

Photo : Radio-Canada

Respectant les mesures de distanciation sociale, c'est par téléphone que les invités de la chronique « Édito de la semaine » de Facteur matinal ont pu livrer leurs commentaires. Encore une fois cette semaine, la COVID-19 constituait le point commun de tous les sujets abordés. Voici un résumé des propos tenus par Stéphane Boileau, directeur général de Tourisme Mauricie, et de Sylvie Tardif, coordonnatrice de COMSEP.


Y aura-t-il une saison touristique 2020?

Est-ce que les festivals et le GP3R auront lieu comme prévu cet été?

On a basculé dans un autre monde. Comme les restrictions concernent les rassemblements, entre autres, l’industrie sera durement touchée. [...] Pour les événements, les décisions doivent se prendre au plus tard huit semaines avant le début, sinon les sommes engagées sont trop importantes.

Stéphane Boileau

L’ingéniosité du secteur communautaire mise à profit

Besoin criant de bénévoles dans les organismes communautaires

Les activités collectives sont annulées, mais on a mis en place plusieurs stratégies: des pages Facebook pour rejoindre les familles et plus de 400 dépliants ont été envoyés à nos membres pour expliquer les mesures à observer. [...] Avec les pertes d’emploi, tout l’aspect de l’urgence sociale me fend le coeur. Plusieurs n’osent pas demander de l’aide aux banques alimentaires. Il n’y a pas de honte à le faire. C’est un service et tout le monde y a droit.

Sylvie Tardif


La progression de la pandémie et les mesures de confinement

Coronavirus : le Québec « sur pause » jusqu’au 13 avril

Le premier ministre a l’air en contrôle. Il faut continuer à le suivre. Un éléphant ça se mange une bouchée à la fois. C’est vrai que les cas sont en progression, mais moi, ce qui me rassure, c'est qu’il n’y a que quatre décès. Ça doit rester le plus bas possible.

Sylvie Tardif

J’ai une préoccupation pour le personnel de première ligne. Il faut qu’il soit bien équipé pour faire face à la situation. J’espère que rapidement nous pourrons produire nous-mêmes les éléments dont on a besoin comme les masques par exemple.

Stéphane Boileau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi