Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Christian Bégin
Audio fil du samedi 7 juillet 2018

Guillaume Vermette, le clown humanitaire qui fait du bien autour de lui

Publié le

Guillaume Vermette parle de son métier dans nos studios.
Le clown humanitaire Guillaume Vermette est tout sourire dans nos studios.   Photo : Radio-Canada / Étienne Côté-Paluck

« Ça fait partie de moi. C'est une vocation. J'ai toujours voulu avoir un effet positif autour de moi », dit le clown humanitaire Guillaume Vermette, qui traverse depuis une dizaine d'années de nombreux pays ravagés par la pauvreté afin d'offrir aux enfants défavorisés un exutoire en leur enseignant la jonglerie. « J'essaie tout simplement de faire une différence positive sur la planète », affirme celui qui a jusqu'ici parcouru près d'une quarantaine de pays.

Bénévole à temps plein et ayant pour seul bagage son sac à dos, Guillaume Vermette espère que son initiative inspirera d’autres personnes, jeunes et moins jeunes, à vouloir aider leur prochain.

« Je parle énormément de ce que je fais comme travail humanitaire un peu partout sur la planète dans l’objectif d’influencer d’autres personnes, pour qu’elles aussi aient envie de faire une différence positive sur la planète, pour qu’elles aient envie d’être gentilles au quotidien. Et je pense que petit à petit, une goutte d’eau à la fois, on peut faire de grandes choses », explique-t-il.

Je suis assez naïf pour vouloir sauver le monde, mais je suis assez réaliste pour penser que c’est quasi impossible, ou du moins que je ne serai jamais capable tout seul, et pour réussir ça, j’ai besoin d’une armée, j’ai besoin de tout le monde!

Guillaume Vermette, clown humanitaire

Bien qu’il soit reconnaissant envers le public quand ce dernier lui dit qu’il accomplit un travail extraordinaire, Guillaume Vermette éprouve tout de même un certain malaise lorsqu’il se fait dire de telles choses. Selon lui, le fait d’être un clown humanitaire et de vouloir aider les enfants défavorisés n’a rien d’extraordinaire.

« Je l’apprécie. C’est sûr que c’est le fun. […] Les gens croient en moi et en ce que je fais, mais je trouve ça inquiétant qu’on trouve ça extraordinaire, parce que ça devrait être normal de juste vouloir aider les autres », affirme-t-il.

Chargement en cours