•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Art urbain : l’histoire qui se dessine devant nos yeux

Enfin samedi

Avec Isabelle Ménard

Samedi de 7 h à 11 h

Art urbain : l’histoire qui se dessine devant nos yeux

Rattrapage du samedi 11 juillet 2020
Mique Michelle devant un mur de béton coloré

L'artiste urbaine, Mique Michelle

Photo : Radio-Canada / Frédéric Projean

Les murs des grands centres urbains du monde entier se transforment au fil de l'actualité.

À Toronto, par exemple, au cours des dernières semaines, de nombreuses nouvelles murales, entre autres dans l’allée des graffitis, sont apparues pour contribuer au mouvement antiraciste déclenché par la mort de George Floyd.

La mégapole a aussi annoncé récemment qu’une quinzaine de nouvelles murales apparaîtront dans différents quartiers de la ville, en collaboration avec l’organisation Street Art Toronto (stART), afin de remercier les travailleurs de première ligne pour leur travail essentiel lors des premiers mois de la pandémie.

Ce sont donc 23 artistes locaux qui ont été choisis pour souligner le dévouement des médecins, infirmières, préposés aux bénéficiaires, ambulanciers, mais aussi des livreurs, commis de pharmacies et de supermarchés, sans oublier les bénévoles qui sont allés au front durant toute la crise.

Pour l’artiste franco-ontarienne métisse Mique Michelle, les graffitis sont plus qu’une façon d’enrayer le vandalisme ou d’offrir un espace sécuritaire pour les artistes.

Le hip-hop, l’art de rue, l’art de démographie, c’est une façon de vivre notre démocratie, de sensibiliser les gens, surtout pour les minorités visibles ou invisibles.

Mique Michelle

Pour cette ancienne étudiante en sciences politiques, l’art urbain est une bonne façon d’ouvrir le dialogue.

Avec des rappels sur les murs, en allant dans les communautés, écouter, leur donner des outils pour passer des messages eux-mêmes, […] et on apprend beaucoup en faisant des recherches pour les murales.

Mique Michelle

Toutefois, elle souligne qu’il y a encore beaucoup de travail à faire pour que cette forme d’art soit complètement acceptée par notre société.

Les murales soulignant le dévouement des travailleurs essentiels sont déjà en production et devraient toutes être terminées d’ici la fin du mois de juillet. Rappelons que Toronto a déjà annoncé que l’année 2021 sera consacrée à l’art public.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi