•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le hula-hoop, une tendance qui dure!

Enfin samedi

Avec Isabelle Ménard

Samedi de 7 h à 11 h

Le hula-hoop, une tendance qui dure!

Rattrapage du samedi 18 janvier 2020
Sept élèves enthousiates d'un cours de cerceau jettent leur cerceau en l'air après leur entraînement

Les élèves enthousiates d'un cours de cerceau chez Hoopersonic Toronto

Photo : HooperSonic Toronto

Le cerceau, symbole des années 1960, connaît un regain de popularité durable.

Voilà une dizaine d'années qu'on assiste au retour du hula-hoop, surtout depuis que des célébrités s'en sont emparées. Justin Timberlake, Beyoncé ou encore Michelle Obama l'ont remis à l'honneur et le cerceau inspire les artistes de notre Cirque du Soleil ainsi que les acrobates de rue. Le cerceau fait tourner les hanches et les têtes en 2020!

Le hula-hoop ne date pas d'hier. Il existait déjà dans l'antiquité, les bas-reliefs en attestent, et son nom moderne viendrait d'une danse hawaïenne, le hula.
C'est l'Américain Richard Knerr qui le fait renaître aux États-Unis et qui vend, dans les années 1960, des millions de cerceaux fabriqués en caoutchouc avec des tuyaux d'arrosage.

Finalement, 62 ans plus tard, à Toronto, une multitude de cours de hula-hoop et ses déclinaisons en hoopdance ou hoopercise se sont ouverts et nous sommes allées chez HooperSonic, où nous avons rencontré Amy MacCutchan, instructrice. Nous avons suivi notre premier cours en compagnie d'une dizaine d'élèves de tous âges, dont un homme. Parmi ces élèves, Caroline Vanderghem, chercheuse scientifique le jour et adepte du hula-hoop le soir.

Caroline Vanderghem s'entraîne au hula-hoop, un cerceau autour de la taille et un autre autour du bras.

Caroline Vanderghem (au premier plan) s'entraîne au hula-hoop.

Photo : Amy MacCutchan - HooperSonic Toronto

On peut avoir un hula-hoop au niveau de la ceinture et un autre au niveau de la main. Ça oblige à travailler la coordination, ça fait travailler les deux hémisphères du cerveau. Parfois on travaille sur un pied, c'est bon pour l'équilibre et pour la créativité!

Caroline Vanderghem, chercheuse scientifique et adepte du hula-hoop
Amy MacCutchan, instructrice de hula-hoop et fondatrice de HooperSonic, à Toronto, fait tourner des cerceaux sur ses bras et ses jambes.

Amy MacCutchan, instructrice de hula-hoop et fondatrice de HooperSonic, à Toronto

Photo : Kenneth Chou

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi