Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Claudia Hebert
Audio fil du samedi 20 juillet 2019

Marc Garneau sur sa carrière d'astronaute et sur le 20 juillet 1969

Publié le

L'astronaute Marc Garneau devant le drapeau canadien.
L'astronaute Marc Garneau en 2000.   Photo : ASC

Marc Garneau est le premier canadien à être allé dans l'espace et le 152e humain a avoir eu cette chance. Il a participé à trois missions spatiales - en 1984, 1996 et 2000 - pour ensuite devenir président de l'Agence spatiale canadienne et éventuellement faire le saut en politique. Aujourd'hui ministre des transports au sein du gouvernement de Justin Trudeau, Marc Garneau se souvient bien du 20 juillet 1959.

Il n’était pourtant pas devant son téléviseur, comme les 600 millions de téléspectateurs qui étaient à l’écoute de ce moment historique. Il était plutôt sur un voilier, sur la Manche, après une traversée de l'Atlantique. Ce soir là, voguant vers l'Angleterre, lui et l’équipage avaient les yeux tournées vers la lune. Les ciel était dégagé, et c’est à la belle étoile qu’ils ont écouté à la radio chaque étape de l’alunissage de Neil Armstrong et Buzz Aldrin.

Pour le Canada à ce moment là, oui on avait un programme spatial qui était quand même impressionnant, mais c’était pour bâtir des satellites, des choses comme ça, mais pas pour envoyer des êtres humains. Je ne savais pas à ce moment là que treize ans plus tard, on recevrait une invitation de la NASA pour créer un programme d’astronaute et les envoyer à la station spatiale.

Marc Garneau

En 1983, Marc Garneau répond à une annonce qui dit que le Canada cherche des candidats qui aimeraient partir dans l’espace. Ingénieur de formation, il est à l’époque officier de marine pour les Forces armées canadiennes. Il sera parmis les 4300 canadiens à se porter volontaire, et l’un des six à être sélectionné pour créer le premier corps d’astronautes du pays. Moins d’un an plus tard, c’est chose faite: Marc Garneau décolle et a la chance de voir notre planète de haut.

De voir cette planète qui est le berceau de l’humanité, entourée par la noirceur de l’espace; Qui est le seul endroit où on peut vraiment vivre en ce moment... On devient conscient du fait qu’on a du travail à faire pour s’entendre entre nations. Pour s’occuper de l'environnement qu’on partage tous. Qu’on doit faire mieux pour éviter les guerres.

Marc Garneau

Lors de ses trois missions, Garneau a été en orbite autour de la terre pour des missions d’une dizaine de jours à chaque fois. Il aurait aimé être de ceux ayant la chance de poser un pied sur la lune, une entreprise qui demeure très complexe et risquée. L’exploit n’a d’ailleurs pas été répété depuis Apollo 17, en 1972. L’aventure d’Armstrong et Aldrin demeure donc absolument extraordinaire d’un point de vue technique.

D’envoyer un équipage à la lune et de les ramener sain et sauf… Je pense que pour beaucoup de nous, ça nous a démontré que quand les êtres humains sont inspirés par un défis et sont capable de travailler pour atteindre ce défis: des choses pas mal spéciales et extraordinaires peuvent être réalisées.

Marc Garneau

Mais le ministre est confiant qu’un canadien foulera le sol lunaire au cours des prochaines décennies. Il se réjouit d’ailleurs du nouveau partenariat, annoncé cet hiver, entre le Canada et la NASA pour le projet Gateway - une station spatiale en orbite autour de la lune, qui facilitera l’exploration de l’astre ainsi qu’éventuellement de la planète Mars.

Quand il voit de ses collègues décoller pour le ciel - comme Chris Hadfield et David St-Jacques - Marc Garneau est-il nostalgique de ses voyages dans l’espace? Aurait-il envie d’y retourner? « Des fois! » s'esclaffe le ministre. « Mais j’ai eu l’occasion de le faire trois fois, alors je veux pas prendre trop de place! J’ai été choyé avec mes vols. »

Chargement en cours