•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La très courte histoire du <em>Scopitone,</em> un <em></em>juke-box de vidéoclips

Enfin samedi

Avec Isabelle Ménard

Samedi de 7 h à 11 h

La très courte histoire du Scopitone, un juke-box de vidéoclips

Rattrapage du samedi 20 juin 2020
Une machine Scopitone - elle ressemble à un juke-box couronné d'un vieux téléviseur

Une machine Scopitone

Photo : Wikimedia Commons

Bien avant MTV ou Musique Plus, les vidéoclips ont pu être visionnés dans les salles de cinéma, et, pendant quelques années dans les années 1960s, dans les bars à l'aide de machines comme la Scopitone.

Produit d’origine française, le Scopitone suit le même concept que le juke-box, mais les chansons sont accompagnées par un vidéo-clip projeté sur une bobine de 16 mm. On y retrouve les plus grands noms de la chanson française.

Le phénomène n’a duré que quelques années, en raison, entre autres, de l’arrivée de la télévision en couleur. Mais les machines auraient trouvé une toute autre utilisation après la musique selon le chroniqueur cinéma à Enfin samedi.

« Apparemment, les machines sont devenus une aide éducative, comme outil d’entraînement chez NASA ou chez des centres de ressources humaines où on a échangé les vidéoclips pour des films d’instruction », raconte Eric Veillette.

Avec des souvenirs de Johnny Hallyday, Françoise Hardy, Jacques Brel, ou encore, Les Classels; ces vidéoclips de l’époque, peuvent facilement être retrouvés tout près des clips modernes : sur YouTube.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi