•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chronique techno  :  pandémie, technologie et vie privée

Enfin samedi

Avec Isabelle Ménard

Samedi de 7 h à 11 h

Chronique techno  :  pandémie, technologie et vie privée

Rattrapage du samedi 2 mai 2020
Une  caméra est fixée dans les airs alors que des passants, en contrejour, circulent.

Une caméra de reconnaissance faciale

Photo : Getty Images / Steffi Loos

Depuis les dernières semaines, plusieurs gouvernements ont fait appel à la technologie de surveillance numérique pour pister et contrôler leur population afin de limiter la propagation de la COVID-19.

Le chroniqueur techno à Enfin samedi, Justin Baillargeon explique que grâce à cette technologie, les gouvernements sont capables d’effectuer des suivis basés sur la géolocalisation des télécommunications des individus et d’utiliser des applications pour retracer les contacts et le respect des mises en quarantaine. De telles applications collectent souvent une importante quantité de données personnelles sur leurs utilisateurs.

Au Canada, l’Agence de la santé publique utilise des applications pour surveiller l’évolution et la propagation de la COVID-19. Or, l’utilisation de ces applications se fait sur une base volontaire, ce qui ne permet pas de prouver leur efficacité.

Certains pays seraient prêts à contraindre leur population à télécharger de telles applications, ce qui soulève plusieurs inquiétudes en matière d’éthique et de libertés individuelles chez des organisations de défense des droits de l’homme.

Si l’efficacité de ces applications demeure incertaine, les risques d’atteinte aux droits et libertés sont évidents puisque ceux qui refuseraient de l’utiliser ou ceux qui n’y auraient pas accès pourraient se voir interdire l’accès à des lieux et services. Le risque d’erreur de telles applications demeure également élevé puisque les individus peuvent se tromper, omettre des informations ou même mentir sur leur état de santé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi