•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le confinement et le boom des jeux vidéo

Enfin samedi

Avec Isabelle Ménard

Samedi de 7 h à 11 h

Le confinement et le boom des jeux vidéo

Rattrapage du samedi 25 avril 2020
Plusieurs personnages du jeu vidéo Animal Crossing sont réunis autour d'une table en bois, à l'extérieur, et mangent ensemble.

Cinq millions d'exemplaires d'Animal Crossing: New Horizons ont été vendus en mars, permettant à Nintendo d'établir un nouveau record de ventes en un mois d'un jeu de console.

Photo : Nintendo

S'ils sont parfois controversés, la popularité des jeux vidéo ne dérougit pas en période de pandémie, alors que les joueurs sont à la maison et n'ont parfois pas beaucoup d'alternatives pour se distraire.

Justin Baillargeon, chroniqueur techno à Enfin samedi, raconte que la pandémie et les mesures de confinement ont mené à de très bons résultats pour l’industrie du jeu vidéo.

Selon le magazine Forbes, l’industrie du jeu vidéo numérique aurait atteint les 10 milliards de dollars en recettes au mois de mars, un sommet historique.

Les jeux vidéo, qui peuvent avoir une réputation de divertissement violent, peuvent aussi servir d’outil éducatif selon Justin Baillargeon. Il donne des exemples d’utilisations éducatives des jeux vidéos, comme le jeu Assassin’s Creed, qui peut servir à illustrer des cours d’histoire.

Selon lui, l’accès à un mode multijoueur et la facilité d’accès aux jeux sans avoir besoin de se déplacer en magasin sont deux facteurs qui ont grandement contribué à la popularité des jeux vidéos en cette période de confinement.

Le chroniqueur souligne aussi que l’Organisation mondiale de la santé a récemment changé son discours : elle considère maintenant le dixième art comme un moyen efficace de se distraire, tout en contribuant à enrayer la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi