•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En direct

Avec Barbara Leroux

En semaine de 15 h à 18 h

Consultations pour la vente de cinq églises

Rattrapage du jeudi 17 septembre 2020
Des gens sont assis dans différentes rangées d'une église. À l'avant, une présentation Powerpoint est projetée sur une toile.

L’assemblée de fabrique de la paroisse Du-Bon-Pasteur a consulté jeudi les paroissiens sur des offres d'achat non sollicitées de certaines églises de la fabrique.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Cinq églises de Trois-Rivières de la paroisse Du-Bon-Pasteur pourraient être vendues pour 2 millions de dollars. Ce sont des offres non sollicitées de promoteurs qui ont été présentées jeudi aux paroissiens.

L'église Notre-Dame-des-Sept-Allégresses qui est fermée depuis plusieurs mois et qui ne peut plus accueillir de fidèles en raison de sa condition de dégradation avancée.

Les responsables considèrent que ces offres sont d'excellentes nouvelles dans ce contexte.

Les églises de la région ont besoin de beaucoup de travaux de rénovation. Certaines églises coutent 35 000 $ seulement en chauffage par année.

Ce sont cinq églises sur les dix de la paroisse qui sont concernées par ces offres, soit Saint-Jean-de-Brébeuf, Jean-XXIII, Saint-Sacrement, Sainte-Marguerite et Notre-Dame-des-Sept-Allégresses.

Pour l'instant, on ignore qui sont les promoteurs, mais selon la paroisse, ils seraient plusieurs sur différents projets.

Ce seraient des entrepreneurs de la région qui veulent conserver l'aspect communautaire des églises. Elles ne seraient pas transformées en lieux de culte pour d'autres religions.

Cette situation permettrait de ne pas vendre les églises au rabais ou encore à seulement 1 $ symbolique, comme ça a déjà été le cas ailleurs au Québec.

Nous, notre travail, c'est de trouver les projets les plus intéressants pour chaque partie du quartier. Chaque communauté n'a pas nécessairement les mêmes besoins.  Je pense qu'on a un projet qui est bien ficelé, estime la marguillière de la paroisse Du-Bon-Pasteur, Madeleine Matteau.

C'est un débat qui est émotif, car certains paroissiens ont été baptisés dans ces églises. Ils veulent aussi préserver le volet historique et artistique des lieux.

Le deux millions, c'est certain que c'est plus que ce qui était offert par d'autres, mais je ne voudrais pas qu'ils détruisent tout là, souligne Louise Cloutier.

D'autres croient que c'est la bonne décision à prendre.

Dans certaines églises, il y a moins de fréquentation. Les prêtres sont vieillissants. Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte et il y a des choix à faire qui sont difficiles, estime une paroissienne, Rollande Cloutier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi