•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les entreprises agricoles de la Mauricie se préparent à accueillir des travailleurs étrangers

En direct

Avec Barbara Leroux

En semaine de 15 h à 18 h

Les entreprises agricoles de la Mauricie se préparent à accueillir des travailleurs étrangers

Rattrapage du mercredi 17 février 2021
Des travailleurs agricoles plantent des fraises dans un champ du Québec.

Les travailleurs agricoles étrangers qui travaillent au Québec passent généralement tout l'été dans la province avant de rentrer dans leur pays d’origine

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Les entreprises agricoles sont déjà en mode planification pour accueillir les travailleurs étrangers en vue de la prochaine saison. Contrairement à 2020, elles espèrent que la pandémie de COVID-19 ne retardera pas et n'empêchera pas leur arrivée.

Le président de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Mauricie, Jean-Marie Giguère, affirme que les contremaîtres et chefs d’équipe, soit environ 5 % des travailleurs étrangers, sont attendus dès le début mars.

Il affirme que cette année, 63 entreprises agricoles de la Mauricie ont demandé l’aide de travailleurs agricoles.

Environ 300 de ces travailleurs sont attendus dans la région. À la fin avril, près du tiers d’entre eux devraient être arrivés et la moitié en mai.

Des contraintes supplémentaires

Le président de l’UPA affirme que les entreprises agricoles font face à des difficultés supplémentaires au niveau des mesures sanitaires cette année.

Il explique que les lits à deux étages et les dortoirs sont interdits par la santé publique, ce qui entraîne non seulement des défis logistiques, mais aussi plus de coûts pour les entreprises.

Les travailleurs étrangers sont considérés comme des travailleurs essentiels, donc ils pourront venir au pays, en dépit des restrictions imposées aux voyageurs.

L’ampleur de la pandémie au Mexique inquiète toutefois M. Giguère. La majorité des travailleurs étrangers qui viennent dans la région proviennent du Mexique et du Guatemala. Il craint que certains rencontrent des obstacles dans leurs parcours vers le Canada, en raison de la pandémie de COVID-19.

En entrevue à l’émission En direct, Jean-Marie Giguère a déclaré que 81 travailleurs québécois ont pu être recrutés l’été dernier grâce au programme J’y vais sur le champ.

À savoir si un tel programme sera de retour cette année, le président de l’UPA Mauricie se dit optimiste. On est très actifs présentement, on négocie avec le gouvernement, a-t-il révélé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi