•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un possible déconfinement partiel par région suscite de l’espoir

En direct

Avec Barbara Leroux

En semaine de 15 h à 18 h

Un possible déconfinement partiel par région suscite de l’espoir

Rattrapage du mardi 26 janvier 2021
Des entreprises, une église et des maisons à Shawinigan, en hiver.

La ville de Shawinigan (archives)

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, se réjouit de la possibilité que certaines activités économiques et sportives puissent reprendre dans la région au terme du confinement imposé par le gouvernement du Québec jusqu'au 8 février.

Lors de son point de presse mardi, le premier ministre François Legault a indiqué qu’il pourrait assouplir les mesures sanitaires dans certaines régions de la province, sans préciser lesquelles.

Ces propos réjouissent le maire de Shawinigan qui constate qu’il n’y a pas de grosses éclosions sur le territoire de la Ville.

Si je me suis plié très rapidement aux arguments du premier ministre lorsqu’il a indiqué un grand confinement [jusqu’au 8 février] pour l’ensemble du Québec, même si la situation de Shawinigan étant quand même pas trop pire, je n’ai rien dit, j’ai même fait la promotion des règles sanitaires, mais maintenant qu’on laisse [planer] l’opportunité que certaines régions puissent possiblement avoir des souplesses, je vais lever la main très haut, a-t-il déclaré en entrevue à l’émission En direct.

Michel Angers croit que les endroits comme Shawinigan, où le nombre de cas est plus faible, devraient avoir des mesures moins strictes. Il aimerait que les commerces et les restaurants, pour qui la situation est très difficile, puissent rouvrir.

Je pense qu’on mérite un certain relâchement de ce confinement-là et les gens l'attendent avec beaucoup d’impatience.

Michel Angers, maire de Shawinigan

Le maire de Shawinigan compte plaider sa cause auprès des autorités régionales de la santé. Il souhaite que la situation de chaque ville soit prise en considération, car la situation diffère d’un endroit à l’autre dans la grande région sociosanitaire de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Michel Angers espère que les mesures sanitaires seront effectivement assouplies là où c’est possible de le faire. La pire des choses est qu’on crée de l’espoir et que finalement ça ne se réalise pas, dit-il.

Le 20 janvier, date du dernier bilan des cas actifs par ville publié par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), Shawinigan comptait 46 cas actifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi