•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin appelé en première ligne raconte ses craintes

En direct

Avec Barbara Leroux

En semaine de 15 h à 18 h

Un médecin appelé en première ligne raconte ses craintes

Rattrapage du mardi 1 décembre 2020
Affiche indiquant qu'il s'agit d'un site de confinement.

Des gens atteints de la COVID-19 et qui habitent dans des résidences sont parfois transportés à l'École nationale de police du Québec (ENPQ) à Nicolet, pour éviter la propagation du virus dans leur milieu de vie.

Photo : Radio-Canada

Le Dr Guillaume Langlois a passé neuf mois à s'inquiéter que la COVID-19 se propage dans le CHSLD où il travaille. Il s'apprête maintenant à aller au front, à l'unité COVID de l'École nationale de police à Nicolet, où des lits supplémentaires ouvriront sous peu.

C’est une plongée vers l’inconnu, estime le docteur qui a l’impression de recommencer sa médecine. En accord avec sa conjointe, il a décidé de se porter volontaire. Il travaillera une semaine par mois à l’unité qui accueille des malades atteints du coronavirus qui ne peuvent rester dans leur milieu de vie. Sept journées consécutives où il s’attend à devoir travailler 15 heures par jour et être sur appel 24 heures sur 24.

Ce qui me fait le plus peur c’est d’être submergé par la tâche.

Dr Guillaume Langlois


Dr Langlois craint par-dessus tout le trouble de stress post-traumatique. Il affirme que 25 % des employés travaillant dans les unités COVID développent des symptômes. Ça vient toujours avec un sentiment d’impuissance. J’espère ne pas vivre ça, explique le docteur.

Si la situation est critique présentement au Québec, Dr Langlois estime qu’elle est mieux que dans certains pays d’Europe. On a encore des solutions, précise-t-il. Il souhaite que la province réussisse à conserver sa mince marge de manœuvre pour que les services à la population soient maintenus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi