•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En direct

Avec Barbara Leroux

En semaine de 15 h à 18 h

Les émotions associées aux temps des Fêtes 2020

Rattrapage du jeudi 19 novembre 2020
Une femme portant un masque décore un sapin de Noël.

Les Québécois auront quatre jours pour se voir pendant les Fêtes.

Photo : getty images/istockphoto / cerro_photography

Au moment où l'on vit « des émotions désagréables à gérer et de l'isolement » et au moment où la « grisaille de novembre » nous assaille, la permission de se rassembler entre le 24 et 27 décembre est une nouvelle qui tombe à point, selon la professeure et chercheuse de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Nancy Goyette.

Elle trouve que c'est une bonne nouvelle pour la santé psychologique des gens.

La décision gouvernementale va probablement favoriser le bien-être de beaucoup de personnes, parce que ce bien-être là, souvent, est généré par des émotions positives, des relations positives et aussi, au sens qu’on donne au temps des Fêtes, a expliqué la psychopédagogue spécialisée en bien-être à l’école et en psychologie positive, Nancy Goyette, en entrevue à l’émission En direct.

Elle souligne que certaines personnes vont peut-être toutefois vivre un conflit de valeurs.

D’un côté, il y a les valeurs de la famille, du partage et la valeur de dire : ”collectivement, il faut peut-être faire des sacrifices pour sortir de cette pandémie-là le plus vite possible”.

Nancy Goyette suggère aux gens de choisir de passer le temps des Fêtes qui leur convient le mieux.

Je crois que la meilleure façon de gérer [les émotions associées à ce temps des Fêtes], c’est de voir quelle est la solution la moins stressante pour les gens, conseille-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi