Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo
Audio fil du dimanche 12 août 2018

Régine Laurent, d’infirmière militante à commentatrice politique

Publié le

Régine Laurent répond aux questions de Marie-France Bazzo au studio 18 de Radio-Canada, à Montréal.
Régine Laurent, infirmière à la retraite et ancienne présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé.   Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

L'ancienne présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec débattra de politique sur la chaîne LCN. Nouvelle retraitée après avoir pris soin des patients pendant 35 ans, elle a décidé de ne pas être candidate aux élections pour avoir plus de temps à consacrer à sa famille et à ses amis.

Régine Laurent compte décortiquer les belles phrases des politiciens avec son nouveau rôle de commentatrice à l’émission La joute. Elle veut mettre de l’avant les valeurs qui lui tiennent à cœur.

Si l’infirmière retraitée avait tous les pouvoirs, elle déciderait de ne pas réformer pendant une décennie le réseau de Santé québécois. Selon elle, les réformes de structure successives qu’il a connues n’ont rien donné aux patients. Régine Laurent défend plutôt la mise en place d’initiatives locales qui donnent plus de responsabilités aux infirmières.

Défendre la liberté d’opinion
En deuxième partie d’entrevue, Régine Laurent parle de sa vocation d’infirmière et de son désir de s’impliquer socialement. Née en Haïti, elle raconte son immigration au Canada lorsqu’elle était enfant. Elle dit ensuite avoir été très en colère lorsqu’elle a su que les pièces SLĀV et Kanata, de Robert Lepage, étaient annulées.

Quand j’ai entendu les manifestants traiter de racistes les spectateurs, Mme Bonifassi ou Robert Lepage, ça, je ne l’ai pas accepté. [...] J’aurais eu envie que SLĀV soit présentée à travers le Québec pour qu’il y ait plus de personnes qui comprennent ce qu’a été l’esclavage.

Régine Laurent, infirmière retraitée et commentatrice politique

Écoutez la deuxième partie de l’entrevue avec Régine Laurent ►

Chargement en cours