Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Andre Robitaille
Audio fil du dimanche 18 août 2019

Quand Mani Soleymanlou a appris pourquoi sa famille avait quitté l’Iran

Publié le

Des écouteurs sur la tête, il est assis derrière un micro et lève le bras gauche en parlant.
Mani Soleymanlou   Photo : Radio-Canada / Étienne Côté-Paluck

« Mon père a eu 80 ans récemment et il m'a raconté la vraie raison de notre départ de l'Iran, il y a une trentaine d'années. Jusque-là, je me disais qu'on avait quitté, comme des millions d'Iraniens, à cause de la révolution. » Mani Soleymanlou raconte à André Robitaille comment la révélation d'un événement jusque-là tenu secret a inspiré sa prochaine pièce, Zéro.

Les projets artistiques de Mani Soleymanlou ont souvent été influencés par le parcours de sa vie. C’est une nouvelle fois le cas avec sa plus récente création théâtrale, Zéro, qu’il présentera en novembre prochain à La Chapelle, à Montréal, et au Centre national des Arts, à Ottawa.

Un soir, en rentrant du bureau à la maison, il s’est fait kidnapper. [...] Ils l’ont emmené dans une voiture qui a roulé plusieurs heures jusqu’à un entrepôt. Là-bas, ils l’ont interrogé. Pendant tout ce temps-là, mon père se disait : "Ça y est, c’est fini pour moi". Puis ils l’ont cagoulé et l’ont ramené à la maison en lui disant : "Merci beaucoup, au revoir". C’est là que mon père a décidé : "On s’en va".

Mani Soleymanlou

Mani Soleymanlou souligne qu'il a pris connaissance de cette histoire il y a seulement un an et demi, et que cela a eu pour effet de remettre en question ses origines.

« C’est là où j’ai réalisé que mon histoire initiale, ce sur quoi j’ai bâti mon identité d’exilé, d’immigrant, a été construite sur des bases insuffisantes. [...] Le but de Zéro, c'est que je voulais repartir à zéro, effacer l'histoire que je croyais être la mienne jusque-là et repartir du début », raconte-t-il.

Zéro est également une œuvre de transmission et de filiation. Mani Soleymanlou précise que son père est très excité à l’idée qu’il raconte cette histoire. Il pense aussi beaucoup à son jeune fils et à ce qu'il va lui léguer.

Chargement en cours