Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Marie-France Bazzo
Audio fil du samedi 11 août 2018

Le deepfake repousse les frontières de la falsification

Publié le

Capture d'écran montrant des centaines de photos d'un visage et l'application Fake App en cours de fonctionnement.
L'outil Fake App analyse des centaines d'images afin de remplacer un visage dans une vidéo.   Photo : Capture d'écran YouTube

« On est dans une ère où l'image manipulée est devenue la norme et où la technologie est à la portée de tous », constate la spécialiste des transformations numériques Catalina Briceño. Après le phénomène des fausses nouvelles, voilà que le deepfake fait son apparition en employant des technologies qui permettent de falsifier des voix et d'altérer des vidéos.

Définition
Le deepfake est un phénomène si récent qu’il ne trouve pas encore de définition officielle. Son nom est la combinaison du terme « deep learning », qui fait référence à l’apprentissage profond de l’intelligence artificielle, et du mot « fake », qui veut dire « faux ».

Pour résumer, des logiciels qui utilisent l'intelligence artificielle permettent de transposer la tête ou le visage de quelqu'un sur le corps de quelqu'un d'autre dans des vidéos. Par exemple, on peut calquer le visage de quelqu’un, comme un politicien, pour ensuite lui faire dire n’importe quoi.

Un exemple en vidéo :

« Certains développeurs prétendent actuellement qu’il faut un minimum de 14 heures de données audio et visuelles pour que les résultats soient convaincants », explique Catalina Briceño. Le détournement le plus troublant, selon elle, est l'utilisation du deepfake pour faire de fausses vidéos pornographiques. On remplace le visage des actrices de films pornos par le visage de personnalités publiques, comme Emma Watson ou Michelle Obama, qui en ont déjà fait les frais. C'est même devenu un nouveau sous-genre pornographique très populaire, la deepfake pornography.

Encore plus de désinformation
« Avec le deepfake, on vient rehausser fortement le potentiel de fabrication de fausses nouvelles », constate la spécialiste des transformations numériques.

On savait qu’on ne pouvait pas croire tout ce qu’on lisait. Maintenant, il ne faut pas croire tout ce qu’on entend et même ce qu’on voit de nos propres yeux.

Catalina Briceño

Détourner le visage de l'acteur Nicolas Cage à l'aide des technologies du deepfake



Chargement en cours