•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dessine-moi un été

Avec Franco Nuovo

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Prise au mot avec Elkahna Talbi

Une nuée de ballons gonflés à l'hélium dans le ciel.

La Ville de Medicine Hat espère faire de l'exploitation de l'hélium, ce gaz utilisé pour gonfler les ballons, une nouvelle source de revenus.

Photo : Getty Images / Attila Kisbenedek/AFP

Tous les dimanches de l'été, Elkahna Talbi, connue aussi sous le nom de Queen Ka, rédigera un texte pour les auditeurs de l'émission. Pour que le défi soit intéressant, elle a proposé qu'on lui annonce deux contraintes durant l'émission, vers 7 h. L'artiste a ensuite deux heures pour créer un texte, qu'elle présentera dans la dernière heure de Dessine-moi un été.

C’est vous, chers auditeurs, qui serez invités à proposer des contraintes, par courriel, à dessine-moi@radio-canada.ca ou sur la page Facebook de l’émission. Ce matin, parmi les suggestions des auditeurs, deux défis ont été proposés à Elkahna : utiliser le mot « confidente » et créer un texte autour de la couleur bleue.

Voici la création d'Elkahna Talbi dans son intégralité :

J’ai les pieds au sol
même si ma tête
ballon d’hélium
veut se cacher dans les nuages

J’enfonce mes pieds
pousse sur le sable
je tente l’enracinement
devenir palmier
un mirage d’apaisement
devenir palmier
remuer au gré des bises du vent
danser à tes côtés

J’enfonce mes pieds
dans le sable
la chaleur se relâche
la tension aussi
je te regarde
tu as le mouvement délicat
et ton bleu sait rire
je te regarde en surface
tu es si belle
je ne regarde que la surface
nous faisons tous cette erreur avec toi
de rester à la surface.

L’horizon est visible
une fine ligne au loin
là où l’azur passe aux marines
quand le calme léger d’un ciel s’enfonce au creux de ta nuit

Tu sais calmer l’angoisse des hauteurs
le bourdonnement des machines
la dureté du béton
l’égarement des enfants dans les jeux des grands
tu sais tout ça
tu es la mer

Tu me connais
et te voilà bienveillante
qui s’approche de mes pieds
les découvrent
une vague à la fois
le sable aussi dense
qu’il se croie
ne tient pas le coup
tu sais effacer le superflu
tu m’invites dans ta maison
et j’y entre sans regarder derrière
avec aisance
comme on revient enfin vers soi
surprise par la simplicité du retour

Oh… Comme tu connais l’étreinte
tu m’entoures
et je plonge
les yeux grands ouverts
je veux voir ces rayons
qui meurent d’envie
de toucher ton fond

Je nage
je me faufile
je veux rester ici
mais dépossédée
par l’évolution
de mes poumons de poisson
me voilà à bout du souffle
d’un coup
je sors la tête
pour avaler tout l’air que je peux aspirer.

Ah!
Je replonge brusquement
l’impact est foudroyant
le cœur au bord d’exploser
je t’offre
mon cri
celui
qui contient
tous les mots
que je n’ai plus

Je te l’offre à toi, grande confidente
je t’offre ce cri
cette douleur déferlante
car toi seule peux recevoir
toutes les peines du monde
tous ses enfants épuisés
de ramer à contre-courant
tu sais porter tout ça
tu es la mer

Et entourée de ton bleu cyan
je flotte
libérée

Je n’ai rien à t’offrir
très chère
que le sel de mes yeux
et même si tu en es pleine
tu l’acceptes quand même
c’est ce que font les mers

Libérée
je flotte
sans me sentir à la dérive
au milieu de nulle part
alors que je n’ai jamais été aussi sûr d’être
exactement au bon endroit

Je flotte
ma tête n’a plus besoin de disparaitre dans les nuages
je les distingue mieux allongée ici
le regard voyageur
les oreilles qui s’abreuvent de ton savoir
de ton immensité

Et même si tes teintes de bleu sont plus foncées
qu’on pourrait craindre leurs noirceurs
c’est en plongeant
en allant toucher à la profondeur
que l’on peut trouver enfin la source
du rire de la mer.

Elkahna Talbi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi