•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roger Taillibert, l’architecte du stade olympique de Montréal, se décrit comme un sculpteur

Dessine-moi un dimanche

Avec Franco Nuovo

Le dimanche de 6 h à 10 h

Roger Taillibert, l’architecte du stade olympique de Montréal, se décrit comme un sculpteur

Audio fil du dimanche 16 septembre 2018
Roger Taillibert au studio 17 de Radio-Canada, à Montréal, le 16 septembre 2018.

L'architecte français Roger Taillibert

Photo : Radio-Canada / Mathieu Arsenault

« Quand je fais des courbes, ce sont des sculptures. Je réponds à la sculpture géante que les hommes aiment depuis les pyramides. » Roger Taillibert a étudié l'art égyptien à l'École du Louvre avant de devenir un spécialiste de constructions destinées au sport. L'architecte français, à qui on doit le stade olympique de Montréal et le parc des Princes de Paris, affirme qu'il a privilégié des courbes dans ses bâtiments afin de susciter des émotions.

À l’instar du sculpteur Alexander Calder, Roger Taillibert utilise différents types de médiums pour pouvoir créer. L’architecte a ainsi fait beaucoup de peintures dans sa vie. Il pratique d’ailleurs toujours cet art, ayant fait une toile inspirée par Les Quatre saisons de Vivaldi dans les derniers jours.

L’architecte raconte comment un grand désir de liberté lui est venu pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque les Allemands ont occupé sa demeure pendant quatre ans. Il dit avoir alors acheté avec ses camarades de l’époque un vieil autocar qui lui servait à transmettre des informations de la France libre de Charles de Gaulle.

« Ce n’est pas une tour, c’est un mât! »

Roger Taillibert, dont la renommée vient entre autres de son utilisation de voiles de béton, tient à ce qu’on ne qualifie pas le mât du stade olympique de Montréal de tour. « C’est un mât qui prend un système conique pour avoir en son sein une structure mobile de toiture. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi