•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le cri du cœur d’Olivier Kemeid pour la survie des arts vivants

Dessine-moi un dimanche

Avec Franco Nuovo

Le dimanche de 6 h à 10 h

Le cri du cœur d’Olivier Kemeid pour la survie des arts vivants

Il porte une barbe, une chemise blanche et des lunettes rectangulaires.

Le directeur artistique du Théâtre de Quat'Sous, Olivier Kemeid

Photo : Radio-Canada / Hamza Abouelouafaa

« Les salles de spectacle ont été les premières à fermer et seront les dernières à ouvrir. » Olivier Kemeid, auteur, metteur en scène et directeur artistique du Théâtre de Quat'Sous, a adressé mardi une lettre ouverte à la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy.

Lisez la lettre ici (Nouvelle fenêtre)

Cette lettre, appuyée par 250 artistes, est assortie d’une pétition qui a récolté des milliers de signatures du grand public.

Dans cette lettre, rédigée à la suite du point de presse de la ministre de la Culture du 22 mai dernier, Olivier Kemeid écrit : « Les artistes ont attendu neuf semaines, pendant lesquelles, du côté du gouvernement québécois, ce fut, pour rester poli, la grande discrétion, et pour être franc, le silence complet. Lors des conférences de presse, les arts de la scène n’étaient jamais mentionnés. »

En France, 13 artistes ont pu s’asseoir avec le président Emmanuel Macron au début du mois de mai pour discuter de la relance de la culture. Les théâtres ouvriront d’ailleurs en France au cours de l'été. Ce que le milieu de la culture québécois souhaite par-dessus tout, c’est donc une rencontre avec la ministre de la Culture, pour discuter de nécessaires scénarios de relance, toujours en suivant les recommandations des autorités de santé publique. Les idées ne manquent pas, tant du côté du contenant que de celui du contenu.

Il s’agit ici d’une urgence nationale.

Olivier Kemeid

Chose certaine, le statu quo est insoutenable : des contrats qui ne peuvent être honorés et des manques à gagner énormes, sans parler de l’immense détresse psychologique de dizaines de milliers d’artisans qui se retrouveront sur la paille dès le 4 juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi