•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Martine Delvaux : la littérature avant le militantisme

Dessine-moi un dimanche

Avec Franco Nuovo

Le dimanche de 6 h à 10 h

Martine Delvaux : la littérature avant le militantisme

L'autrice Martine Delvaux dans le studio 17 de Radio-Canada

L'autrice Martine Delvaux au micro de Franco Nuovo

Photo : Radio-Canada / Francis Dufresne

De plus en plus connue pour ses prises de position féministes, l'essayiste et romancière Martine Delvaux est avant tout une femme de lettres. L'autrice, qui vient de publier l'essai Le boys club, s'intéresse notamment à l'interprétation symbolique des discours dominants dans la culture populaire. Martine Delvaux raconte à Franco Nuovo comment son amour de l'écriture l'a portée naturellement vers les questions d'ordre politique.

Lorsqu’elle était étudiante, Martineau Delvaux a rédigé son mémoire de maîtrise sur l’écrivain québécois Réjean Ducharme. Elle s’est ensuite intéressée aux témoignages de femmes psychiatrisées pour « hystérie » au 19e siècle pour rédiger sa thèse de doctorat en littérature. Cette expérience a consolidé sa grille de lecture féministe.

« On a tendance à dire en littérature, encore aujourd’hui, que les textes intimistes et autobiographiques de femmes ne sont pas très intéressants, qu’ils sont nombrilistes. J’ai toujours voulu voir dans ces prises de parole une universalisation de la condition des femmes », explique Martine Delvaux.

La vie des femmes nous permet de comprendre la vie humaine en général.

Martine Delvaux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi