•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dessine-moi un dimanche

Avec Franco Nuovo

Le dimanche de 6 h à 10 h

Ordinaire, la chanson de Charlebois inspirée par Aznavour

Audio fil du dimanche 13 octobre 2019
Robert Charlebois, guitare à la main et Claudine Monfette (Mouffe) chantent à « Donald Lautrec Chaud » en 1970.

Robert Charlebois, guitare à la main et Claudine Monfette (Mouffe) chantent à « Donald Lautrec Chaud » en 1970.

Photo : Radio-Canada / Francis J. Menten

En 1970, alors que Robert Charlebois traverse une période difficile sur le plan professionnel, Mouffe, sa conjointe à l'époque, décide de raconter la situation du chanteur vue de l'intérieur. Un soir, elle dépose nonchalamment son texte sur le piano de Charlebois, et au matin, il lui joue la musique de ce qui deviendra l'une des grandes chansons québécoises. Le rapport à la célébrité qui y est dépeint s'inspire aussi de Charles Aznavour, de qui le couple était très proche. « On le considérait comme un oncle, il prenait soin de nous », explique-t-elle.

Je me suis mise à réfléchir à la différence des carrières, à la façon qu’ils avaient de faire leur métier. […] Je suis rentrée chez moi, ça me trottait dans la tête, j’ai écrit quelques mots tout en comparant [la situation d’Aznavour] avec l’état d’esprit de Robert. 

Mouffe, autrice, scénariste et metteuse en scène

C’est une chanson sur les affres du monde du spectacle, mais c’est aussi une chanson qui nous ressemble. Pour une rare fois, le public accède à la réalité crue de l’artiste, sans tambour ni trompette. « Les gens nous arrêtaient dans la rue pour nous dire : “Si vous saviez comme ça nous fait du bien de voir que, vous aussi, des fois, vous êtes tristes.” », se rappelle l’autrice.

À deux moments au cours de l’entrevue, Mouffe utilise le qualificatif « grandiloquent » pour aborder la trajectoire d’Ordinaire. « Pour moi, c’était un secret, c’était intime, et tout à coup [les mots] étaient projetés de façon grandiose », exprime-t-elle, tout en soulignant que ce texte est sorti en un jet.

La chanson a été reprise par de nombreux interprètes, dont Julien Clerc, Éric Lapointe, Daniel Boucher, Jean-Pierre Ferland et Céline Dion, pour laquelle Mouffe a adapté quelques paroles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi