Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo
Audio fil du dimanche 20 janvier 2019

L'identité et le doute, selon Mani Soleymanlou

Publié le

Des lunettes devant les yeux, il porte des écouteurs et est assis derrière un micro.
Mani Soleymanlou   Photo : Radio-Canada / Étienne Côté-Paluck

Le dramaturge Mani Soleymanlou a d'abord dû s'interroger sur ses origines. À son arrivée au Québec, celui qui n'aime pas beaucoup le terme « immigrant » se faisait en effet constamment demander d'où il venait. Dix ans et neuf pièces de théâtre sur la thématique de l'identité plus tard, il accepte plus facilement le fait que ses propres interrogations n'auront probablement jamais de réponses définitives.

« La certitude m’énerve un peu, explique-t-il. On dirait que j’aime ça, faire du théâtre pour poser des questions, pour réfléchir, pour laisser les spectateurs partir avec les questions et ne pas sermonner. »

Aussi comédien, il joue actuellement dans Consentement au Théâtre Jean-Duceppe, à Montréal. Une supplémentaire vient d’être annoncée le 31 janvier prochain. La pièce met entre autres en vedette Anne-Élisabeth Bossé et Patrice Robitaille.

« Le doute est important, poursuit-il. On essaie de le transmettre sur scène [dans mes créations], on essaie de le garder dans le texte, de le garder présent, parce que c’est ça qui nous permet d’avancer. »

Accepter le fait qu’il n’y a pas de réponse, c’est déjà, pour moi, une réponse, surtout par rapport à l’identité. Accepter le fait que [l’identité] évolue perpétuellement, sans arrêt, et ne pas vouloir la figer à une chose, pour moi, c’est une forme de réponse.

Mani Soleymanlou, dramaturge et comédien

Déjà, nous ne sommes plus les mêmes personnes que nous étions il y a quelques minutes, selon lui.

Cette conception de l'identité en transformation constante l'apaise. Plutôt que de lui demander d’où il vient, comme le font souvent les gens qui le rencontrent, ne devrait-on pas plutôt lui demander où il a envie d’aller? Il veut désormais s’attarder davantage à ce qu’il deviendra qu’à ce qu’il a été.

Il prépare présentement sa prochaine création, Zéro, qui devrait être à l’affiche l’automne prochain.

Des écouteurs sur la tête, il est assis derrière un micro et lève le bras gauche en parlant.
Mani Soleymanlou Photo : Radio-Canada/Étienne Côté-Paluck

Chargement en cours