•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

<em>La loterie</em>, de Shirley Jackson, dénonce les élites populistes

Dessine-moi un dimanche

Avec Franco Nuovo

Le dimanche de 6 h à 10 h

La loterie, de Shirley Jackson, dénonce les élites populistes

Audio fil du dimanche 6 mai 2018
Des rangées d'ombres de personnes de tout âge sur lesquelles le titre de l'oeuvre et le nom de l'auteure apparaîssent.

The Lottery, une nouvelle de Shirley Jackson

Photo : Livre de Shirley Jackson

En 1948, Shirley Jackson publie, dans le magazine The New Yorker, une nouvelle qui pique la curiosité et soulève l'indignation des lecteurs qui croient que le récit fictif est une histoire vraie. The Lottery raconte l'histoire d'un village qui effectue, tous les 27 juin, un tirage afin d'assurer de bonnes récoltes au gagnant. Ce tirage mène inévitablement à un meurtre. Le journaliste Fabien Deglise explique pourquoi ce texte a fait réagir les lecteurs et en quoi il est toujours pertinent.

Dans la nouvelle, on apprend que le tirage ne crée pas de gagnant, car la personne dont le nom est tiré sera lapidée, qu’il s’agisse d’un homme, d’une femme, d’un enfant ou d’un vieillard. « La loterie parle de ces boucs émissaires que les élites populistes pointent du doigt pour simplifier les choses, parfois en les voyant sous un voile ou de l'autre côté d'un mur. Le texte parle de l'horreur des discours haineux qui finissent par ne plus émouvoir personne. À force d'être répétés sans cesse, ils finissent par devenir banals. La loterie parle aussi de toutes ces traditions reproduites sans se questionner sur ce qu'elles signifient et ce qu'elles comportent comme violence », explique Fabien Deglise.

Lire la nouvelle The Lottery en format numérique (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi