Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo
Audio fil du dimanche 18 février 2018

Fifi Brindacier : une rouquine anarchiste et féministe

Publié le

Une jeune fille rousse porte des tresses et a un petit singe sur l'épaule.
Les aventures de Fifi Brindacier   Photo : EM.Entertainment

Paru en Suède en 1945, le premier tome de la trilogie Fifi Brindacier est traduit en France en 1951 dans une version édulcorée. Apparue à la télé en 1969, Fifi Brindacier devient alors la parfaite incarnation du vent de liberté qui souffle à l'époque, rejetant avec insolence et bonne humeur les conventions sociales. Le classique de la semaine est commenté et analysé par la journaliste Manon Dumais.

Fifi est une héroïne qu'on associe à la liberté, à la créativité, à l’ouverture d’esprit et à la puissance de l’imaginaire. Envers ceux qu’elle aime – les êtres humains comme les animaux –, elle se montre généreuse, respectueuse, accueillante et protectrice, personnifiant alors la bonté, la dignité et la solidarité. Pour plusieurs personnes, elle représente aussi un modèle féministe qui ne mise pas sur ses charmes pour conquérir le monde, mais plutôt sur son intelligence, sa force de caractère et ses muscles. Si certains lui reprochent d’être individualiste et de ne pas porter le message de la solidarité féminine, elle reste un modèle positif pour les filles (et les garçons) encore aujourd'hui.

Chargement en cours