Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo
Audio fil du dimanche 8 septembre 2019

Take Me Out to the Ball Game, une chanson féministe?

Publié le

Une jeune fille afro-américaine, souriante, avec un gant de baseball dans un champ.
Une jeunne fille joue au baseball dans un champ.   Photo : getty images/istockphoto / LightFieldStudios

« Une chanson qu'on connaît tous, mais qu'on connaît mal », souligne d'entrée de jeu le chroniqueur sportif Jean Dion. Si la majorité des amateurs de baseball savent en fredonner le refrain, la plupart ignorent que les couplets sont portés par une partisane. Or, en 1908, une femme qui préfère assister à un match plutôt qu'à un spectacle vaudeville commet, d'une certaine manière, un acte d'émancipation et d'affirmation féminine.

Cette femme, c’est Katie Casey, une mordue du sport qui n’entend pas rester assise sagement dans les gradins; non, elle veut être une participante active de la partie et engueuler l’arbitre au besoin! Un comportement peu recommandable pour une dame de l’époque.

L’auteur de la chanson, Jack Norworth, pur néophyte en matière de baseball, a écrit cette chanson en 15 minutes. Son inspiration? Une affiche portant la mention « Baseball Today – Polo Grounds », vue dans le métro de New York, mais aussi l’actrice de vaudeville Trixie Friganza, une militante pour les droits des femmes qu’il fréquentait à l’époque. Cette dernière serait peut-être à l’origine de fameuse Katie.

Take Me Out to the Ball Game a donné lieu à des centaines de reprises, dans des styles musicaux aussi différents qu’étonnants. Depuis 2001, elle occupe le huitième rang des chansons les plus importantes du patrimoine musical des États-Unis au XXe siècle, selon l’agence National Endowment for the Arts et la Recording Industry Association of America.

Vidéo : la version de Cookie Monster, de Sesame Street

Chargement en cours