Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo
Audio fil du dimanche 7 avril 2019

L'abécédaire de Christian Vézina : la lettre « N »

Publié le

Une lettre faite de cordes nouées est déposée sur du gazon.
La lettre « N ».   Photo : iStockPhoto

Nous sommes nés nous-mêmes d'un noyau, d'un néant. Niés d'être nommés, nettoyés par nos noms qui se nouent, nombreux, innombrables, comme des navires nains, nageant entre les nénuphars; les menus phares de notre nanomonde à l'inénarrable naufrage.

Néanmoins, nous nageons

dans la nuit,

narguons l’ennui.

Nous naviguons

– c’est notre nature.

Nous faisons nattes des neuf sillons de nos navires,

énervant les narvals.

Nous nommons les nébuleuses

et numérotons les neutrons.

N'existe nulle noirceur que nous ne nuancions,

nantis de notre seule naissance;

naissance nue, mais noble.

Ni nabots ni nababs,

nimbés seulement de nos notes de naï,

nous nions le néant,

dont le noyau noirci s’annihile un instant.

Et la neige nacrée nivelle nos nords nomades

dessous les quatre étoiles de la constellation

du « N ».

Celle-là qui dit « NON »;

celle qui porte ton « NOM »;

celle, sans fin, tout à « NAÎTRE »,

près de celle qui dit « NOUS »,

dans un ciel assez grand pour que s'y perde la haine.

Et voilà pour le « N »!

Chargement en cours