Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Franco Nuovo

Audio fil du dimanche 11 juin 2017

  • Le comptoir de la nouvelle microbrasserie

    Changer le monde une bière à la fois, à Trois-Pistoles

    Les Éditions Trois-Pistoles, c'est VLB, ou Victor-Lévy Beaulieu. Ou, plutôt, « c'était » VLB, puisque l'écrivain se prépare à passer le flambeau à son successeur. Il a choisi Nicolas Falcimaigne, un hyperactif de l'implication sociale dans la région, déjà actif auprès de L'Horizon (un journal coopératif local). De plus, ces jours-ci, le journaliste indépendant démarre une microbrasserie, Le caveau de Trois-Pistoles. Dans cet établissement, on trouvera une machine à écrire sur le comptoir, on proposera des accords bières et livres et on organisera des soirées de poésie. Voir la suite »

  • Le logo de Paramount, avec la montagne

    La petite histoire du logo de Paramount

    L'image est célèbre : cette cime de montagne, dans les nuages, qui apparaît au début de tous les films du studio de cinéma Paramount. La petite histoire veut que le logo soit né sur le coin d'une table, en 1914, et qu'il ait été dessiné par William Wadsworth Hodkinson, surnommé « l'homme qui inventa Hollywood ». Il aurait été inspiré par une montagne de son enfance, située dans l'Utah. Or, les observateurs attentifs ont relevé que la montagne ressemble plutôt au mont Artesonraju, qui culmine à 6025 mètres dans la cordillère des Andes, au Pérou. Voir la suite »

  • L'équipe de <i>Dessine-moi un dimanche</i> en studio, Franco Nuovo, Karyne Lefebvre, Jean Dion et Laurent Therrien.

    Le bonheur de la radio de Franco Nuovo

    Merci! On ne dit jamais assez merci. Or, certaines fois, ça s'impose. Et à la suite des résultats d'écoute radio pour le printemps 2017 (rendus publics cette semaine), il n'y a guère d'autres mots qui me viennent à l'esprit. Je crois que je peux parler au nom de mes collègues. Ils ne m'en voudront pas. De toute façon, cette chronique s'adresse à vous, auditeurs d'ICI PREMIÈRE. Voir la suite »

  • Une statue d'Alexandre le Grand, prise en photo en 2004 dans la ville grecque de Thessalonique.

    La mystérieuse mort d'Alexandre le Grand

    Il est mort à 34 ans, et cela fait 2300 ans que son mythe inspire, divise, passionne. Alexandre le Grand est l'une des personnalités historiques les plus connues dans le monde. Notre historienne Evelyne Ferron s'intéresse notamment au mystère entourant les causes de sa mort, puis au traitement réservé à son cadavre. Voir la suite »

  • L'entrepreneur Alexandre Taillefer

    « Le capitalisme sera social ou ne sera pas »

    Garder sa totale liberté de pensée en tant qu'homme fortuné qui a des intérêts financiers partout, est-ce vraiment possible? « Assurément », répond l'homme d'affaires Alexandre Taillefer, dont les activités à mi-chemin entre le monde des affaires et les milieux socioculturels prouvent qu'il est en effet possible d'« inventer un capitalisme qui se soucie du bien commun ». Voir la suite »

  • Gérald Larose en studio

    Le capital, de Karl Marx, avec Gérald Larose

    Le classique de la semaine a 150 ans. Publié en 1867, Le capital, de Karl Marx, a connu la gloire seulement 50 ans plus tard, lors de la révolution russe de 1917. L'œuvre a ensuite influencé nombre de régimes politiques, et ce, pendant des décennies. Gérald Larose, professeur invité à l'École de travail social de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et ancien président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), analyse et commente cet ouvrage classique. Pour lui, ce texte a fondamentalement influencé la sociologie, car il est impossible d'analyser la société d'aujourd'hui sans tenir compte des conditions matérielles de l'existence. Voir la suite »

  • Un crayon déposé sur une feuille de papier remplie d'écritures.

    Poésie : La nostalgie

    Empruntant les mots de Verlaine, dont le poème Mon rêve familier, et ceux de Saint-Denys Garneau dans C'en fut une de passage, le poète Christian Vézina est inspiré par la nostalgie. Celle-ci n'est pas synonyme de tristesse pour lui, mais plutôt l'expression de l'intime et des nuances. Voir la suite »

Chargement en cours