•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le recul économique des femmes

Désautels le dimanche

Avec Sophie Langlois

Le dimanche de 10 h à 12 h
(en rediffusion le lundi à 3 h)

Le recul économique des femmes

Une mère fait l'école à la maison à ses enfants.

La crise économique qui a accompagné la pandémie a touché plus durement et plus longuement les femmes, au point où elle a été rebaptisée de récession au féminin «she-cession».

Photo : iStock

Au Canada, la pandémie a fait chuter la participation des femmes au marché du travail à son plus bas niveau en trois décennies. Les économistes ont même rebaptisé la récession actuelle la « she-cession », la récession au féminin. La situation serait due au fait que la majorité des pertes d'emplois ont eu lieu dans des secteurs à prédominance féminine, mais aussi parce que les femmes ont été plus nombreuses à s'être sacrifiées pour s'occuper des enfants lorsque les deux parents travaillaient. De toute évidence, le partage des tâches demeure un sujet sensible. La pandémie a d'ailleurs mis cette question en relief, car travailler comme si on n'avait pas d'enfants et s'occuper des enfants comme si on n'avait pas de travail est une mission impossible. C'est un rappel, s'il est nécessaire, de l'importance des mesures prises au Québec, comme les garderies subventionnées, pour l'émancipation des femmes. Le reportage de Marie-Laure Josselin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi