•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les migrants, cinq ans après la vague des réfugiés syriens

Désautels le dimanche

Avec Michel Désautels

Le dimanche de 10 h à 12 h
(en rediffusion le lundi à 3 h)

Les migrants, cinq ans après la vague des réfugiés syriens

Neuf migrants dérivent dans la Manche après une panne de leur moteur hors-bord à Douvres, en Angleterre.

Le 6 septembre 2020, neuf migrants dérivent dans la Manche après une panne de leur moteur hors-bord à Douvres, en Angleterre. Mercredi dernier, plus de 400 migrants ont fait le voyage de la France à l’Angleterre par la mer.

Photo : Getty Images / Christopher Furlong

Été 2015 : l'Europe voit arriver sur son sol des centaines de milliers de réfugiés, en provenance principalement de Syrie. La tragédie humanitaire frappe plus particulièrement les esprits lorsque est publiée la photo du corps du petit Alan Kurdi, échoué sur une plage de Turquie, noyé après que le bateau de fortune qui tentait d'amener des réfugiés en Grèce se fut renversé. Après plusieurs semaines d'atermoiements et de pourparlers, les Européens finissent par tarir le flux de réfugiés en passant un accord financier avec la Turquie afin que cette dernière fixe sur son sol les migrants. Les réfugiés s'entassent donc dorénavant aux portes de l'Europe dans des camps de fortune.

Crise climatique, conflits, bouleversements économiques... les pays riches doivent maintenant composer avec des mouvements de migration appelés à se répéter de plus en plus fréquemment. Quelles leçons peut-on tirer de l'épisode de 2015? Le regard de François Crépeau, professeur titulaire de la Chaire Hans et Tamar Oppenheimer en droit international public de l'Université McGill et ancien rapporteur spécial des Nations unies pour les droits de l'homme des migrants entre 2011 et 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi