•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Désautels le dimanche

Désautels le dimanche

Avec Michel Désautels

Le dimanche de 10 h à 12 h
(en rediffusion le lundi à 3 h)

Rattrapage du 26 avr. 2020 : Personnes âgées, État islamique et retour en classe

Rattrapage

  • Résidences pour personnes âgées : des préposés apeurés et impuissants, et des bénéficiaires aux abois

    La très grande majorité des victimes québécoises de la COVID-19 habitent dans les centres d'hébergement et de soins longue durée (CHSLD). Parmi les causes probables de cette hécatombe, il y a bien sûr la virulence de la maladie, mais aussi les salaires peu élevés versés au personnel dans les établissements privés non conventionnés et la difficulté d'y recruter de la main-d'œuvre. Au moment où des milliers d'employés du réseau sont atteints du virus ou s'absentent, certains résidents sont très inquiets pour la suite des choses. Le reportage de Janic Tremblay.

  • Des médecins spécialistes témoignent de la détresse dans les CHSLD

    À l'appel du premier ministre François Legault, des médecins spécialistes ont accepté d'aller prêter main-forte au personnel des CHSLD comme préposés ou infirmiers. Frank Desoer a recueilli le témoignage de certains d'entre eux, en particulier celui de Joaquim Miro, cardiologue au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sainte-Justine, qui a été frappé par la détresse des patients et du personnel.

  • Québec a depuis longtemps fait le choix de sous-financer les soins en CHSLD

    Les gouvernements qui se sont succédé à Québec ont plafonné pendant plusieurs décennies les dépenses en matière de santé, ce qui a laissé, au bout du compte, des sommes notoirement insuffisantes pour financer les soins des personnes âgées à la santé précaire. Pourtant, tout le monde savait que la population québécoise vieillissait. Résultat : nous payons aujourd'hui au prix fort ce choix, nous explique François Béland, professeur à l'École de santé publique de l'Université de Montréal.

  • Pour les militants républicains aux États-Unis, le déconfinement ne peut attendre

    Aux États-Unis, un vaste mouvement anticonfinement est à l'origine de manifestations qui s'organisent un peu partout au pays, lesquelles regroupent notamment des militants républicains pro-Trump. Frank Desoer s'est entretenu avec l'une de ces membres : Suzanne Guggenheim, militante du Tea Party au Texas.

  • Le Bas-du-Fleuve dans l’attente du déconfinement

    Même si la région du Bas-Saint-Laurent ne compte que très peu de cas de contamination, les résidents s'apprêtent à ce que les mesures de confinement soient graduellement levées. Cela permettra non seulement de relancer l'économie – qui est actuellement à l'arrêt –, mais aussi, espère-t-on, de profiter de la saison touristique, sachant que ce secteur constitue une source importante de revenus pour la région. Michel Désautels s'entretient avec Harold LeBel, député du Parti québécois de Rimouski.

  • Les banques alimentaires prises d'assaut

    Malgré les programmes d'aide mis sur pied par les gouvernements, la pandémie a plongé beaucoup de Canadiens dans la pauvreté. Résultat : les banques alimentaires sont sollicitées comme jamais. Or, elles doivent aussi se réinventer et faire preuve d'imagination. Michel Labrecque en a visité trois, situées dans différents quartiers de Montréal.

  • En colère contre le manque de nourriture

    En Colombie, depuis quelques semaines, des foulards rouges ont fait leur apparition aux fenêtres et aux balcons des immeubles des quartiers pauvres. Ils expriment le désarroi et la colère face à la fois aux difficultés financières qui empêchent de nombreuses familles d'acheter de quoi manger et à l'aide insuffisante de la part des autorités. La moitié de la population colombienne vivait de petits boulots avant la crise.

  • Après la crise, il faudra bien rembourser

    Qui paiera pour les plans massifs d'aide des gouvernements? Tant Ottawa que Québec ne regardent pas à la dépense, déversant dans les poches des particuliers et des entreprises des milliards de dollars. Ces actions sont nécessaires, nous dit l'économiste Luc Godbout, mais elles amèneront tôt ou tard les gouvernements à relever les impôts pour rembourser les sommes dépensées. La bonne nouvelle? Jamais les taux d'intérêt n'ont-ils été aussi bas. Entretien.

  • Le groupe armé État islamique relève la tête

    Le groupe terroriste État islamique multiplie les prises d'otages, les attaques et les attentats en sol irakien, tirant parti du retrait de Washington de la coalition antiterroriste et profitant de l'attention que portent les différents gouvernements à la crise sanitaire en cours. Les opérations ponctuelles menées par l'organisation djihadiste pourraient bien constituer le prélude à une reconstruction d'une entité territoriale d'envergure, estime Adel Bakawan, chercheur à l'Institut français des relations internationales.

  • Le retour en classe, étape essentielle du déconfinement

    Les élèves et étudiants québécois se demandent si les écoles rouvriront bientôt. Certains pays ailleurs dans le monde ont déjà procédé à l'ouverture de ces établissements ou le feront avant nous, dans le cadre de leur plan de déconfinement; c'est le cas entre autres du Japon, du Danemark, de la Norvège, de l'Allemagne, de la France, de la Suisse, de Singapour, de la Corée du Sud... Mais les conditions de retour en classe varient d'un pays à l'autre. Par Myriam Fimbry.

  • Une occasion inespérée de revoir nos modes de consommation alimentaire

    La chef restauratrice Colombe St-Pierre, propriétaire du restaurant Chez Saint-Pierre, au Bic, est une défenderesse éloquente et passionnée des produits alimentaires locaux. Elle s'est donné pour mission de faire connaître aux Québécois leurs racines, souvent méconnues, à travers la nourriture et les aliments d'ici. Selon elle, la crise que nous vivons actuellement constitue une occasion unique de repenser l'ensemble de notre système d'alimentation.

Vous aimerez aussi