•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accueil | Désautels le dimanche

Désautels le dimanche

Avec Michel Désautels

Le dimanche de 10 h à 12 h
(en rediffusion le lundi à 3 h)

Accueil - Désautels le dimanche

Rattrapage du 7 mars 2021 : Émission spéciale sur les défis liés à la santé de la femme dans le monde au 21e siècle

Rattrapage

  • Les innovations en santé et un meilleur accès aux soins ont permis aux femmes d'améliorer leur bilan de santé un peu partout sur la planète, mais il reste de nombreux combats à mener sur plusieurs fronts. Les violences de toutes sortes qu'elles vivent, psychologiques ou physiques, au travail, à la maison ou dans la rue, de même que les mutilations génitales qui toucheraient jusqu'à 140 millions de femmes de par le monde, sont encore le principal frein à leur accession à la santé. Les femmes subissent aussi davantage que les hommes les conséquences des crises de santé publique, comme la pandémie actuelle, ou celles engendrées par les changements climatiques. Entrevue avec Bilkis Vissandjée, professeure à la Faculté des sciences infirmières de l'Université de Montréal, chercheuse et spécialiste des questions de violence basées sur le genre.

  • En Amérique latine, le droit à l'avortement est au centre des affrontements entre l'Église catholique, omniprésente, et les mouvements progressistes, également foisonnants. Alors qu'au Honduras, on vient de bannir complètement l'avortement, en Argentine, on l'a récemment légalisé, une percée historique pour le mouvement féministe latino-américain. L'Argentine rejoint ainsi l'Uruguay, Cuba, le Guyana et deux États du Mexique. Michel Labrecque nous emmène virtuellement en Argentine et au Chili, où la question est présentement débattue, pour faire le point sur ce débat qui polarise le continent sud-américain.

  • Environ sept millions de femmes sont hospitalisées chaque année dans le monde à la suite d'un avortement clandestin qui a mal tourné. La médecin néerlandaise Rebecca Gomperts s'attaque à ce problème depuis 20 ans, rapporte Janic Tremblay. Elle a fondé Women on Waves et Women on Web, des organisations qui livrent, dans les eaux internationales ou par la poste, des pilules abortives.

  • Aux États-Unis, les Afro-Américaines courent trois fois plus de risques de mourir au cours de leur grossesse ou lors de l'accouchement que les femmes blanches. Cette réalité est notamment due aux problèmes de santé, mais surtout à la pauvreté et aux inégalités sociales qui minent l'accès aux soins et aux suivis médicaux des femmes noires. Des conjoints endeuillés militent pour changer les choses. Signe de la gravité de la situation, un projet de loi, le Momma Act, a été présenté le mois dernier au Congrès américain pour s'attaquer aux causes de la mortalité maternelle. Reportage de Raphaël Bouvier-Auclair.

  • La Russie est le seul pays européen à ne pas avoir de loi qui protège les femmes contre les violences conjugales. Selon un compte effectué par des ONG russes, environ 16 millions de femmes seraient chaque année victimes d'agressions en milieu familial. Des voix commencent à s'élever pour dénoncer la situation, dont celle de Margarita Gracheva, qui s'est fait couper les deux mains par un conjoint violent il y a quelques années. Devenue un symbole des violences qui guettent les femmes russes, elle coanime aujourd'hui une émission de télévision sur le sujet. Reportage de Tamara Alteresco.

  • Que ce soit en recherche fondamentale ou lors des études cliniques sur les nouveaux médicaments, les femmes ne font pas le poids. Elles ne représentent en moyenne que de 20 à 40 % des sujets étudiés. Les résultats obtenus, qui ne sont pas détaillés selon le sexe, font qu'on est toujours dans dans la spéculation quant aux effets réels des médicaments sur les femmes, sans compter les risques pour leur santé, dit la Dre Louise Pilote, professeure au Département de médecine de l'Université McGill et spécialiste des maladies cardiaques chez les femmes. Il faut aller vers une médecine de précision, qui tienne compte des différences physiologiques entre les hommes et les femmes, plaide notre invitée. Les choses évoluent de ce côté, mais lentement.

  • En 2018, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) lançait une campagne d'envergure visant à éliminer le cancer du col de l'utérus d'ici 2030. Ce cancer se prévient, notamment grâce à un vaccin, et il se soigne facilement s'il est diagnostiqué à un stade précoce. Mais les inégalités économiques pourraient faire échouer cette campagne. En 2018, 85 % des 310 000 femmes décédées des suites de ce cancer venaient de pays à revenus faibles ou modiques. Et beaucoup de ces pays, entre autres en Afrique, manquent toujours cruellement d'argent et d'équipement médical pour combattre la maladie. Reportage de Marie-France Abastado.

  • La pandémie de COVID-19 met rudement à l'épreuve la santé mentale des femmes. Une étude récente du Conseil du statut de la femme montre qu'elles souffrent davantage que les hommes des bouleversements qui affectent notamment la vie familiale et le monde du travail, explique Janic Tremblay.

  • La pauvreté a une incidence importante sur la santé. Et même dans un pays riche comme le Canada, elle touche davantage les femmes que les hommes. Les effets de la précarité économique sur l'état de santé physique et mentale sont aussi plus grands pour les femmes, notamment en raison des différents rôles qu'elles assument au sein de la société. Reportage de Myriam Fimbry.

  • Plus pauvres, moins éduquées, affligées par de nombreux problèmes de santé, victimes d'un passé douloureux et de violences diverses, les femmes autochtones ont un bilan de santé peu reluisant et certainement moins enviable que celui du reste des femmes au Canada, explique Janic Tremblay.

  • L'augmentation marquée des maladies cardiaques et pulmonaires chez les femmes, au Québec et ailleurs au Canada, de même que leur santé mentale malmenée notamment par le travail invisible (responsabilités familiales, rôle d'aidante naturelle, etc.) préoccupent la Dre Banafsheh Hejazi, documentariste et conseillère auprès de l'International Health Awareness Network (IHAN), un organisme des Nations unies qui se soucie de la santé des femmes. Elle craint aussi les effets de la pandémie de COVID-19, qui agit comme un révélateur des inégalités que vivent les femmes en matière de santé : la violence domestique a atteint des sommets, et les femmes, que ce soit au travail, à la maison ou dans les résidences pour personnes âgées, ont plus souffert de la situation que les hommes.

Vous aimerez aussi