•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Désautels le dimanche

Avec Michel Désautels

Le dimanche de 10 h à 12 h
(en rediffusion le lundi à 3 h)

Accueil - Désautels le dimanche

Rattrapage du 20 septembre 2020 - Émission spéciale sur le Liban

Rattrapage

  • Émission spéciale sur le Liban : l’explosion de la colère

    Deux puissantes explosions dans le port de Beyrouth anéantissaient, le 4 août dernier, une partie du centre-ville de la capitale libanaise. Cette tragédie, dont les images ont fait le tour du monde ce jour-là, a fait, jusqu'à présent, près de 200 victimes, plus de 6500 blessés et 300 000 déplacés, et a entraîné la chute du gouvernement. Elle a du même coup aggravé, et mis en lumière, l'importante crise économique, financière et sociale qui secouait déjà le pays des cèdres depuis plus de 20 ans. Pour comprendre l'origine de cette crise, l'amertume et les espoirs des Libanais, Désautels le dimanche vous propose une émission spéciale de deux heures consacrée au Liban.

  • De Beyrouth au reste du monde, ne pas dire que tout va bien : Capsule

    L'auteure et journaliste Tania Hadjithomas tient depuis plus de cinq ans une chronique intitulée De Beyrouth au reste du monde. Tantôt lue dans des conférences internationales, tantôt publiée sur de multiples plateformes. Incapable de parler des déflagrations dans le port de sa ville, elle a écrit le 19 août dernier, 15 jours après les explosions, ce texte qui vous est présenté.

  • Chronique d'un pays au bord de l'effondrement

    Le calvaire des Libanais n'a pas commencé avec l'explosion du 4 août 2020. Depuis quelques mois déjà, le pays du cèdre fait face à la crise économique la plus sévère de son histoire. L'effondrement de la livre libanaise, adossée au dollar, a provoqué une chute spectaculaire du pouvoir d'achat ainsi qu'une hausse fulgurante du taux de chômage. Toutes les classes sociales sont aujourd'hui touchées. Et le divorce entre la classe politique et la population n'arrange pas les choses. Le reportage d'Akli Aït Abdallah.

  • Un système politique figé dans l’histoire

    La crise politique actuelle plonge ses racines dans l'histoire. Bâti dans la foulée du démembrement de l'Empire ottoman après la Première Guerre mondiale, le nouveau pays a fédéré sur un petit territoire de nombreuses populations aux confessions différentes. La mosaïque de cultures et de religions ainsi créée constitue un modèle politique unique au Moyen-Orient. Toutefois, cette diversité s'est également révélée être le talon d'Achille de la République. Les explications de Karim Émile Bitar, directeur de l'Institut des sciences politiques de l'Université Saint-Joseph de Beyrouth.

  • Le Liban a besoin d’aide

    La cinéaste engagée Nadine Labaki, qui nous a notamment offert les films Caramel et Capharnaüm, a toujours pris pour décor Beyrouth, désormais blessée en plein cœur après les explosions survenues dans le port. Au micro de Michel Désautels, elle appelle la diaspora libanaise et les Canadiens à venir au secours de sa ville et à faire pression pour que son pays se reconstruise sur de toutes nouvelles bases.

  • Ces jeunes qui veulent un autre Liban

    Ils sont chrétien maronite, chiite, sunnite ou druze. Ensemble, ils rêvent d'un pays débarrassé du système confessionnel qui régit et empoisonne depuis des décennies la vie politique nationale, et ils se battent déjà pour le bâtir ensemble. Akli Aït Abdallah a rencontré quatre jeunes citoyens libanais, âgés de 25 à 32 ans. Ils lui racontent leurs désillusions, mais aussi leurs espoirs pour l'avenir de leur pays.

  • Aider, quand on est au loin

    Le monde entier a été touché par l'explosion dans le port de Beyrouth, mais, pour la diaspora libanaise, assister à cette catastrophe de loin a été déchirant. Lors d'un spectacle pour lever des fonds au profit des sinistrés du Liban, Marie-France Abastado a recueilli les propos de la chanteuse Nicole Arrage.

  • Des partis chiites qui bloquent le processus de transformation

    La pression exercée par la France sur la classe politique libanaise, afin qu'elle mette rapidement sur pied un gouvernement susceptible de remettre le pays sur ses rails, se heurte au refus des partis chiites d'abandonner le poste de ministre des Finances. La minorité chiite d'antan est maintenant représentée par le mouvement Amal ainsi que par le Hezbollah, puissante force politique et militaire qui n'hésite pas à recourir à la violence pour défendre ses intérêts, une force armée qui assume aujourd'hui ouvertement son hégémonie sur la communauté chiite et qui n'hésite plus dorénavant à prendre en otage l'ensemble de la politique libanaise. Michel Désautels s'entretient avec l'éditeur et militant social de confession chiite, Lokman Slim. Il nous raconte comment le Hezbollah a mené une campagne de terreur pour éliminer toute contestation au sein de sa communauté afin de devenir le bras armé de l'Iran en territoire libanais.

  • Une négociation vouée à l’échec?

    Les dirigeants de partis sont engagés dans une négociation ardue pour faire émerger rapidement un gouvernement de transition, car le pays est au bord de la faillite et la communauté internationale exige que les anciens dirigeants cèdent leur place avant de pouvoir verser l'aide internationale dont le pays a besoin. C'est un marchandage où la loi du plus fort fait fi de tout le reste, comme nous l'explique l'analyste politique Michel Hajji Georgiou.

  • Croire encore à la politique

    Joséphine Zgheib, 42 ans, s'est présentée aux élections législatives en 2018 sur une liste composée de 66 candidats de toutes confessions et de toutes régions. Tous des citoyens n'a pas réussi à faire élire un des siens, mais le parti réclame toujours un État civil égalitaire, sans corruption et sans confession religieuse.

  • L'échec du système politique confessionel : Entrevue avec Karim Émile Bitar

    Face à la suprématie armée du Hezbollah, les autres partis ne pèsent plus guère. Le système d'équilibre qui permettait à chacune des grandes communautés de peser de manière équitable sur la vie politique du pays n'existe plus. Le caractère multiconfessionnel du pays constitue une occasion en or pour les puissances régionales voisines : en instrumentalisant les divisions religieuses libanaises, elles mènent ainsi impunément des guerres d'influence par procuration. Les Libanais parviendront-ils à sortir de l'impasse? Les explications de Karim-Émile Bitar, directeur de l'Institut des sciences politiques de l'Université Saint-Joseph de Beyrouth.

  • La mobilisation sans précédent de la communauté libanaise du Canada

    Au Canada, les Libanais d'origine forment une communauté de 250 000 personnes arrivées ici au fil de plusieurs vagues d'immigration. La plupart de ces Canadiens d'adoption restent très attachés à leur pays d'origine, et l'explosion du 4 août dernier a suscité chez eux une mobilisation sans précédent. Le reportage de Marie-France Abastado.

Vous aimerez aussi

  • Ça s'explique

  • Mêlée politique

  • Midi info