•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

De l'Abitibi-Témiscamingue à la Corée du Nord

Audio fil du mercredi 6 juin 2018
L'Abitibien Donald Renault lors de son voyage en Corée du Nord.

L'Abitibien Donald Renault lors de son voyage en Corée du Nord.

Photo : Radio-Canada / Donald Renault

L'Abitibien Donald Renault est de retour de la Corée du Nord, ce pays où les voyageurs doivent se soumettre a un encadrement constant des guides locaux

Le voyageur avait d'abord visité la Corée du Sud, s'intéresse particulièrement à l'histoire dans ses aventures autour du monde.

Or, l'accès au pays de Kim Jong-un est plutôt complexe. « C'est un pays qui a beaucoup de restriction. Donc il faut s'y attendre et accepter ces conditions-là. Moi j'ai fait affaire avec une agence (de voyage) de la Suède, parce que la Suède a encore des contacts diplomatiques avec la Corée du Nord », précise Daniel Renault.

Pour les assurances voyage il a dû se tourner vers une compagnie en France.

L'Abitibien Donald Renault lors de son voyage en Corée du Nord.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Abitibien Donald Renault lors de son voyage en Corée du Nord.

Photo : Radio-Canada / Donald Renault

Voyage post-olympique

Donald Renault a remarqué l'effervescence post-olympique qui touche le pays. Même si les Jeux se sont déroulés à Pyeongchang en Corée du Sud, l'effervescence a aussi gagné le Nord.

« Il y avait une atmosphère, les gens... il y avait une euphorie dit-il. Le contact était plus facile. J'ai pu participer à un match de soccer, j'ai dansé. Moi je n'ai senti aucune agressivité. »

Malgré cette ouverture sur le monde, les voyageurs doivent se conformer aux mesures du pays. L'Abitibien parle de villes aux routes presque désertes et d'un encadrement constant des guides locaux.

Les touristes sont limités au niveau des photos et de la vidéo.

Il a pu voir ce que l'on ne voit pas de la Corée du Nord. « D'un côté, il y a la propagande avec de la musique, la télévision et le monde joyeux. Et j'ai vu une grande misère, dans les campagnes », raconte Donald Renault.

J'ai même vu les immenses fanfares à 6h00 du matin, pour encourager les travailleurs. On voit les paysans avec leurs pelles et leurs haches qui embarquent dans les camions pour aller dans les campagnes.

Donald Renault
L'Abitibien Donald Renault lors de son voyage en Corée du Nord.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Abitibien Donald Renault lors de son voyage en Corée du Nord.

Photo : Radio-Canada / Donald Renault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi