•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Piaule pousse un soupir de soulagement pour les personnes en situation d'itinérance

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

La Piaule pousse un soupir de soulagement pour les personnes en situation d'itinérance

Rattrapage du mercredi 27 janvier 2021
Sur un chevalet, une image d'un bonhomme qui enlace un autre bonhomme dans une maison.

L'organisme offre normalement de l’hébergement d’urgence à compter de 22 heures (archives).

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

La directrice générale de La Piaule de Val-d'Or accueille favorablement la décision d'exempter temporairement les personnes en situation d'itinérance du couvre-feu.

Demander à ces personnes de rentrer à 20 heures n’est pas de tout repos pour le personnel de l'organisme selon Stéphanie Quesnel.

Dans nos gens qui sont en situation d’itinérance, qui sont parfois très intoxiqués, et tout ça, plus des gens en santé mentale qui ont des problématiques, qui vont tous se retrouver confinés dans un même lieu, donc des fois ce sont des choses difficiles à gérer. Quand il y a autant de monde rassemblé dans un lieu pas nécessairement à l’heure du coucher, ça peut créer des conflits, des tensions importantes, rapporte-t-elle.

Si des personnes en situation d’itinérance en Abitibi-Témiscamingue ont reçu une contravention lors de la première fin de semaine de l’application du couvre-feu, d’autres cas n’ont pas été rapportés à la directrice générale de La Piaule.

La façade de l'église Saint-Sauveur, l'hiver.

L'église Saint-Sauveur accueillera une partie de la clientèle en itinérance de La Piaule.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Le décès d’un itinérant autochtone à Montréal avait grandement fait réagir les organismes qui demandaient une exemption du couvre-feu.

Au niveau du stress, au niveau de nos gens qui ont des problématiques au niveau de la santé mentale ou des fois qui vivent des épisodes d’agressivité. Le fait de pouvoir aller prendre une marche, de pouvoir se retrouver dans un autre lieu sans se sentir surveillé ou qu’on va se faire arrêter qu’il va y avoir des conséquences et de se cacher, c’est précieux pour nos personnes, résume-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi