•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeu en ligne permet aux banques alimentaires de bonifier l'offre de dépannage

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Un jeu en ligne permet aux banques alimentaires de bonifier l'offre de dépannage

Rattrapage du jeudi 21 janvier 2021
Un sac rempli d'aliments est renversé sur le sol.

Il existe des moyens simples qui permettent de réduire le gaspillage alimentaire, rappelle le Conseil national zéro déchet.

Photo : iStock

Un jeu interactif en ligne a permis aux banques alimentaires en l'Abitibi-Témiscamingue d'obtenir une bourse de 4000 $. Le concours Ma région solidaire, de l'Union des producteurs agricoles, invitait la population en décembre et janvier à s'intéresser au jeu éducatif sur l'agriculture Kasscrout.

Le Centre de bénévolat de Val-d’Or et la Ressourcerie Bernard-Hamel, de Rouyn-Noranda, se partagent le montant sous forme de cartes-cadeaux de Provigo.

On est restées quand même assez surprises de voir que notre région avait remporté la troisième place, parce que comparés aux autres régions, comme l’Estrie ou les Laurentides, on n’est pas si grands que ça. Ça a été vraiment une belle surprise de voir que les gens ont participé au jeu, indique la directrice générale de la Ressourcerie Bernard-Hamel, Martine Dion.

Les banques alimentaires ont connu une forte hausse de demandes d’aide en 2020 et les besoins sont encore grands en ce début d’année.

Ça nous offre l’opportunité en fait de se procurer des produits qu’on a plus ou moins sur nos tablettes, des denrées un petit peu plus rares ou qui arrivent en moins grandes quantités pour pouvoir vraiment en faire bénéficier les usagers au niveau de la banque alimentaire, souligne Karine Fréchette, responsable de l'action communautaire du Centre de bénévolat de Val-d’Or.

S'ajuster aux mesures sanitaires

Avec le confinement et le couvre-feu, les banques alimentaires ont dû faire des choix comme de prioriser des services et diminuer le nombre de bénévoles.

La santé publique, ce qu’elle nous a demandé vu qu’on était en zone rouge maintenant, ça a été de faire un délestage de services. À travers l’ensemble des services qu’on offre de peut-être prioriser ceux qui étaient le plus importants. C’est sûr que la distribution alimentaire et la cueillette dans les magasins, ça va continuer, ajoute Martine Dion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi