•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Pandémie : se rendre au travail à vélo pour ressentir des effets bénéfiques même en hiver

Rattrapage du vendredi 20 novembre 2020
Un cycliste dans la neige à Rimouski.

Les cyclistes partagent les trottoirs ou les rues avec les voitures et piétons en hiver puisque les pistes cyclables peu accessibles lorsque la neige s'accumule (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

La neige ne décourage pas les adeptes de vélo qui s'en servent comme mode de transport. La popularité de cet appareil à deux roues est grandissante en cette période de pandémie. Plusieurs s'en servent pour garder la forme tout en se rendant au travail.

Deux citoyens de l’Abitibi-Témiscamingue expliquent pourquoi ils choisissent le transport actif.

Diminuer notre empreinte environnementale évidemment, mais aussi de prendre un peu plus l’air le matin et en fin de journée, souligne en exemple Anne-Marie Nadeau.

Je m’en sers pour faire les commissions et aller faire des rides dans les trails aussi. C’est pour s’amuser et justement se changer les idées et prendre de l’air, affirme Bernard Mecteau, propriétaire de la boutique Vélo Cyclo Pro à Val-d’Or.

En hiver pour moi l’outil absolument essentiel c’est les bons pneus. Avoir des pneus à clous notamment. Je n’ai pas de fatbike [vélo à pneus surdimensionnés]. On a plutôt choisi d’avoir un vieux vélo. Ce qu’il faut savoir c’est qu’en hiver c’est assez difficile sur le vélo en tant que tel. Ça rouille facilement et tout. Ça demande plus d’entretien, ajoute Anne-Marie Nadeau.

Trois vélos à pneus surdimensionnés sont stationnés aux abords d'un sentier de neige.

Des vélos à pneus surdimensionnés

Photo : gracieuseté Patrick Trépanier

Celle qui est aussi conseillère en communications à la Ville de Rouyn-Noranda utilise aussi un casque et des lunettes qu’on porte habituellement en ski alpin.

Je pense que si c’est pour être utilisé comme moyen de transport, un vélo conventionnel avec des pneus à clous c’est l’idéal. Un [vélo à pneus surdimensionnés] c’est idéal pour aller faire de la trail, mais tu peux aussi t’en servir comme moyen de transport. Tu travailles un petit peu plus fort [...], mais tu payes plus cher aussi en même temps, précise Bernard Mecteau.

Anne-Marie Nadeau soulève aussi l’importance de partager l’espace entre les cyclistes, les piétons et les automobilistes puisque l’espace est réduit en hiver.

Pour moi, jamais que je vais utiliser un trottoir en été c’est certain, assure-t-elle. L’hiver je vais me le permettre parce que d’abord, il y a moins de gens qui circulent et je vais aussi toujours donner la priorité aux piétons.

Réflecteur rouge installé à l'arrière d'un vélo.

Quatre réflecteurs réglementaires doivent être installés sur les vélos.

Photo : iStock

Les lumières et réflecteurs sont aussi importants afin que le cycliste soit bien visible à la noirceur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi