•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Une cérémonie importante pour une vingtaine d'élèves d’art martial à Rouyn-Noranda

Rattrapage du jeudi 19 novembre 2020
L'homme souriant tient une boîte ouverte dans laquelle se trouve un cadre. D'autres athlètes se trouvent dans un gymnase devant plusieurs spectateurs.

Normand Larocque lors de la remise de la 6e Dan en Corée en 2005.

Photo : Gracieuseté

Pour 22 élèves de l'école de Kuk Sool Won, un art martial coréen traditionnel, jeudi soir marque une étape importante alors qu'ils recevront leur ceinture noire.

Le dirigeant de l’école, Normand Larocque, pratique les arts martiaux depuis plus de 50 ans. Il est fier de voir ses élèves récompensés pour leurs efforts.

Deux hommes s'affrontent sur des tapis devant public dans un gymnase.

Normand Larocque (à gauche) en Angleterre en 2012

Photo : Gracieuseté

Dernièrement, on a 46 personnes qui ont passé le premier examen pour la ceinture noire, et 22 d’entre elles ce soir auront leur promotion. Ça va du premier degré ceinture noire, au huitième degré de ceinture noire. Ces gens-là seront promus officiellement ce soir, indique-t-il.

Une première au Canada

Une élève de l’école, Lucie Dussault, franchira un jalon important, en étant la première femme au Canada à atteindre le rang de maître dans la discipline (cinquième dan). M. Larocque ne sera pas en reste lors de la cérémonie, alors qu’il recevra le rang de huitième dan, ce qui lui permettra de promouvoir lui-même ses élèves.

Un mélange de styles

M. Larocque présente le Kuk Sool Won comme une association d’arts martiaux coréens. Il indique qu’il s’agit strictement d’autodéfense, que l’on pourrait comparer à un mélange de judo et de jiu-jitsu.

Moi. j’ai choisi de ne pas faire de combats directement, des coups de poing dans la face et des choses comme ça, non. Mais on a des centaines de techniques d’autodéfense qui vont des tout petits, à l’âge de 7 ans, jusqu’aux plus âgés de 70 ans et plus, souligne-t-il.

Pour écouter l'entrevue complète, cliquez sur l'audiofil.

Ce que M. Larocque préfère par-dessus tout dans sa discipline, c’est l’entraide et le partage de connaissances.

J’ai présentement 38 ceintures noires qui prennent chacun un groupe d’élèves, et ils s’en occupent, tout le temps, tout le temps. Moi, j’enseigne aux ceintures noires, et eux enseignent aux plus jeunes, aux ceintures jaunes, rouges et bleues. C’est un partage de connaissances qui se fait à chaque cours. C’est tellement agréable, c’est pour ça qu’on ne veut pas arrêter, affirme-t-il.

À 74 ans, M. Larocque s’estime encore beaucoup trop jeune pour parler de retraite. J’espère pouvoir être actif encore longtemps, pour donner l’exemple, un peu comme Janette Bertrand, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi