•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Des producteurs de boeufs veulent vendre leur viande à une chaîne de restauration rapide

Rattrapage du jeudi 29 octobre 2020
Trois vaches dans un champ clôturé.

Des vaches dans une ferme bovine

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Le bœuf de l'Abitibi-Témiscamingue tente de faire sa place dans les burgers de la chaîne de restaurants A&W.

La chaîne a mis sur pieds un nouveau programme qui mise sur du bœuf canadien nourri à l'herbe. Or, c’est en Abitibi-Témiscamingue que l'on retrouve le plus grand nombre de producteurs bovins dont les bêtes sont nourries à l'herbe au Québec, selon l’Union des producteurs agricoles de l’Abitibi-Témiscamingue.

Pour écouter l’entrevue, cliquez sur l’audiofil.

Le boeuf qui n’est pas [nourri] à l’herbe, il va en manger de l’herbe aussi parce qu’il faut toujours qu’il y ait une ration d’herbe, mais c’est parce qu’il y a du grain qui est ajouté, précise le producteur bovin et président syndicat producteur bovin de l’Abitibi-Témiscamingue, Vincent Boisvert. L’absence de maïs par exemple dans la région a un impact dans le choix de nourriture pour le boeuf.

Il affirme que les producteurs de la région évaluent les possibilités pour envoyer les bêtes vers l’abattoir où la viande est ensuite transportée vers la chaîne de restaurant A&W.

C’est un gros plus parce que tous les animaux qu’on va mettre sur le marché, qui vont aller chez A&W, n’iront pas dans le marché normal. À un moment donné ça va créer une rareté sur le marché normal alors à un moment donné on devrait avoir un gain bénéfique là-dessus. Ce sera ça qui va faire un peu notre prime, souligne Vincent Boisvert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi