•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Un nouveau directeur à l'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue

Rattrapage du mercredi 23 septembre 2020
On voit M. Asselin, de face, qui sourit à la caméra.

Hugo Asselin, professeur titulaire et directeur de l'École d'études autochtones de l'UQAT

Photo : Laurie Chabot, UQAT

Le professeur-chercheur à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Hugo Asselin est nommé titulaire de la Chaire Desjardins en développement des petites collectivités. Il est du même coup nommé directeur de l'Observatoire de l'Abitibi-Témiscamingue.

Depuis que la Conférence régionale des élus n’existe plus, l’Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue qui avait été créé là-bas a été placé je dirais sous l’égide de l’Université et plus particulièrement de la Chaire Desjardins, donc c’est pour ça que je me retrouve à diriger les deux organismes en même temps, explique-t-il.

Hugo Asselin est professeur à l’École d’études autochtones dont il est également directeur. J’espère de continuer le travail de Patrice [Leblanc]. On ne changera pas grand-chose dans la mission fondamentale des deux organismes qui correspond encore à un besoin. D’un côté il y a la Chaire Desjardins qui produit de la connaissance et accompagne les collectivités dans leur développement et de l’autre côté, il y a l’Observatoire qui diffuse, qui vulgarise les connaissances et les mets en valeur, affirme l’homme originaire de la région. Chantal Parent remplace Jean-Claude Loranger à la présidence du comité de gestion de la Chaire Desjardins.

L’équipe de Mariella Collini à l’Observatoire de l’Abitibi-Témiscamingue a aussi de nouveaux membres depuis quelques semaines. Étienne Désy-Massé a été engagé comme agent de recherche et Nancy Ross qui remplit les fonctions d’agente de liaison. Quand on est en région, il faut savoir ce que les autres disent de nous. L’Observatoire va aller chercher les données à Statistique Canada, à l’Institut de la statistique du Québec, un peu partout pour trouver quelles données existent à propos de la région. Et ces données-là en les utilisant nous-même en région on peut faire un meilleur développement et cibler les domaines où il y a besoin d’actions pour rétablir certaines choses, pour avancer davantage ou pour régler des inégalités, décrit Hugo Asselin.

Hugo Asselin était chroniqueur pour l’émission Des matins en or en 2018.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi