•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des matins en or

Avec David Chabot

En semaine de 6 h à 9 h

Jonathan le Prof raconte sa rentrée scolaire « chaotique »

Rattrapage du jeudi 17 septembre 2020
Jonathan St-Pierre pose dans les bureaux de Radio-Canada en Abitibi-Témiscamingue.

Jonathan St-Pierre est enseignant à l'école D'Iberville de Rouyn-Noranda (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Olivier Thibault

Jonathan St-Pierre qui se fait connaître sur le web comme Jonathan le Prof affirme que plusieurs enseignants se disent dépassés.

L’enseignant en 5e secondaire à l’école D’Iberville de Rouyn-Noranda a remarqué au cours des premiers jours que les mesures mises en place pour éviter la propagation du coronavirus changeaient d’une journée à l’autre ce qui rendait la situation difficile à suivre.

Il y a trois organismes, qui donnent des consignes présentement. On a la Santé publique bien entendu, on a le ministère de l’Éducation et on a la CNESST. Et souvent les trois organismes on a l’impression qu’ils ne se parlent pas nécessairement toujours parce que des fois leurs consignes se contredisent ou n’ont pas vraiment de sens les uns les autres et c’était ça le problème au début, raconte-t-il.

Même si la situation s’améliore, certaines personnes se questionnent sur ce métier. On entend beaucoup de personnes dire qu’elles sont déjà essoufflées. Il y a déjà même des gens qui pensent avancer leur retraite le plus rapidement possible. Il y a des gens qui parlent de quitter, qui parlent de changer de profession. Et le problème qu’on a présentement, c’est que les listes de suppléances sont vides, dit-il.

Si on ne veut pas que les restrictions durent longtemps, il faut les respecter tout de suite.

Jonathan St-Pierre

La situation est aussi difficile pour les jeunes. À l’intérieur des murs les consignes sont relativement bien suivies, selon lui, mais il soutient qu’il reste un travail de sensibilisation après la cloche de fin de journée. Dans leur journée, ils doivent rester dans leur classe, du début de la journée à la fin de la journée et le seul moment où ils peuvent sortir c’est sur l’heure du midi, décrit l’enseignant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi